Zones défavorisées: Carole Delga demande une nouvelle carte plus juste

Zones défavorisées: Carole Delga demande une nouvelle carte plus juste

La présidente de la Région Occitanie Carole Delga a demandé mardi au gouvernement "une carte plus juste" pour son territoire, alors que les agriculteurs y sont toujours très mobilisés contre la réforme des zones agricoles défavorisées.

"Preuve de l'inquiétude qui persiste sur nos territoires, les mobilisations des agriculteurs et des élus sont toujours en cours notamment dans le Gers, l'Aveyron, l'Aude ou le Lot", affirme Me Delga (PS) dans un communiqué. Elle souligne que, dans sa région, les aides attachées aux zones  défavorisées "constitue(nt) pour certains la moitié de leurs revenus" et pourraient disparaître dans de nombreuses communes. "Notre région (Occitanie) a le revenu le plus faible par agriculteur", selon elle.

Syndicats agricoles et élus s'attendaient à la présentation d'une nouvelle carte dès le 15 février, mais du côté du ministère de l'Agriculture cette 
échéance ne semble plus d'actualité. "Je m'inquiète aujourd'hui de l'absence du zonage", lance la présidente de Région qui avait participé vendredi, aux côtés des "représentants du monde agricole" à la Commission nationale sur la révision de la carte des zones agricoles défavorisées, "sous l'égide du ministre Stéphane Travert".

Mme Delga réclame qu'une nouvelle carte soit présentée le 20 février à occasion d'une réunion du comité Etat-Régions au ministère de l'Agriculture. La ville d'Auch était bloquée mardi, pour le deuxième jour consécutif, par des agriculteurs qui protestent contre cette réforme. Alors que l'ensemble du département du Gers est classé en zone défavorisée, soit 463 communes, selon le président de la FDSEA 32, Christian Cardona, la nouvelle carte en exclurait 74 situées dans le sud-ouest du département. Or ce classement permet aux agriculteurs de percevoir l'Indemnité 
compensatrice d'handicap naturel (ICHN) hors montagne. 

Le classement en zone défavorisée permet en outre aux jeunes agriculteurs qui s'installent de percevoir une aide. La nouvelle carte, qui doit bientôt être remise par le ministère de l'Agriculture au président de la République, est appelée à remplacer au 1er janvier 2019 la carte actuelle, qui date de 1976. Un peu plus d'un milliard d'euros est consacré chaque année à l'ICHN hors montagne.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 5

DIGUE3942

aux endroits du globe où sévissent des incendies tuant des hommes et détruisant leurs biens , il n'y pas de paysans avec leurs cheptels ruminants, c'est aussi simple que çà . TOUTES LES MARIONNETTES DEVANT NOUS SOUFFRENT D'UNE MONSTRUEUSE CECITE...

GR26

L'agriculture intéresse bien moins le monde que le sport de haut niveau, (émission récente sur la 5 sur le dopage, les pots de vin de la FIFA etc... de quoi en avoir le vertige!)
mais finalement ce n'est pas mieux car on fait vivre combien de sangsues sur notre dos? et on n'est pas dopés, mais on ne peut plus exister sans aides.

Beber12

Restera plus que des loups, des sangliers des ronces et des chevelus.

Rigoleto

Dans ce regions il n'y aura effectivement bientôt plus personne si non n'y prends garde. Sûr qu'à Paris ils voient ça de loin....

nostradamus

dans moins de 10 ans ,seule une poignée d'agriculteurs pourront survivre de leur travail ...les autres auront peut être tenté une reconversion dans du bio ou du tourisme vert ...mais combien réussiront ?? notre pain quotidien sera importé...et le reste aussi.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier