La viande Bio séduit de plus en plus de français

Anne Sophie LESAGE

La viande Bio séduit de plus en plus de français

D’après une étude Ifop réalisée pour la comission bio d’interbev et l’interprofession du bétail et des viandes, la consommation de viande bio est en nette augmentation en 2016 par rapport à l’année 2015.

La viande bio en chiffres

Selon des chiffres de l’Agence bio, la production bio représentait en 2015, 1,25 million d’hectares, soit 4,6% du territoire agricole correspondant à 28.621 fermes, soit 6% des exploitations françaises. Les exploitants en bio ont ainsi augmenté de 8% en 2015. 

D’après l’étude, publiée ce mardi, 9 français sur 10 déclarent manger des aliments bio soit une augmentation de 4 points par rapport à 2015. La consommation de viande bio est en augmentation, elle aussi, puisqu’en 2016, 70% des français déclarent en consommer, soit une augmentation de 11 points. D’après Interbev, concernant la viande bio, « ce qui marque c’est l’intérêt grandissant. »

La viande bio est en moyenne plus chère de 15% qu’une viande issue de l’agriculture conventionnelle, mais malgré ce prix plus élevé, 6 français sur 10 indiquent être prêts à payer plus cher pour de la viande bio ; un chiffre en augmentation de 10 points par rapport à 2015. Et ce, grâce à l’excellente image dont bénéficie le bio ; pour 78% des personnes interrogées, la viande bio est perçue comme issue d’élevage respectueux du bien-être animal, mais elle est aussi jugée comme respectueuse de l’environnement par 75% des sondés. 

Côté régions, c’est toujours le Sud-Est qui affiche le plus important taux d’amateurs (76 %) avec une progression de 13 points. A l’échelle nationale, les adeptes de viande bio déclarent en 2016, se fournir en priorité chez le boucher (78 %) ; ce circuit bénéficie d’une très belle progression de 14 points par rapport à 2015. Mais ils ne rechignent pas non plus à s’approvisionner dans les grandes et moyennes surfaces, aussi bien en libre-service (64 %) qu’au rayon traditionnel (68 %).

Sur le même sujet

Commentaires 27

narthex

@ddx: moi quand on parle de cahier des charges, désolé mais le" QUASIMENT", je vois pas trop ce qu'il peut bien vouloir dire.Peut être pourrez vous m'éclairer?
Et comme vous le dites, si les céréales son cultivées en conv, je vois pas comment les bêtes peuvent être quasi bio (ou alors elle sont que sur prairie permanente ex sur extensif
Et voyant venir ceux qui vont me traiter d'extrémistes, je pense que du conventionnel avec une vrai agronomie, un suivi carré et une prophylaxie pour agir avant d'avoir besoin du lance flamme, ça existe....mais c'est rare!!

common

@cloche et ddx
Memes les chauvinistes, ces sont toujours les autres - non, attendez, je precise: la France, le lieu de la viehihi (BIOhoho) par excellence - l'etranger, lieu de tous les maux... merci, mdr

dob

merci narthex, c'est parce qu'il y a des agri conventionnels proches (ne veut pas dire qu'ils seraient totalement dans le cahier des charges), que tous les conventionnels sont proches, loin de là...

ddx

a narthex la certification en bio ne se fait pas comme ça et bcp d éleveurs allaitant meme si il sont quasiment bio pour leur élevage sont aussi céréalier c est pas évident de passer un atelier et pas l autre

@narthex

Oui toi aussi tu connais plein d agriculteur conventionnel qui te disent c est quasiment du bio , bah alors si c quasiment du bio profite du ble à 350 euro tonne plutôt que 125... Ah oui c du bio sauf l engrais , le desherbage, le fongicide, oui presque du bio quoi.....
Pour faire court le presque bio ca n existe pas soit tu respecte le cahier des charges , tu paies des contrôles de certification et alors c est de l Ab sinon non

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires