Les agriculteurs bio dénoncent une baisse des aides pour 2014

S C

Les agriculteurs bio dénoncent une baisse des aides pour 2014

Les représentants des agriculteurs bio dénoncent une "coupe franche" de 25% de certaines aides au titre de la récolte 2014, alors que le gouvernement veut doubler les surfaces bio d'ici à 2017.

la France dépasse l'Allemagne en surfaces bio

Les agriculteurs bio dénoncent une baisse des aides pour 2014

La France compte 4% de ses surfaces agricoles et 1,1 million d'hectares cultivés en bio, soit une augmentation de 4% en 2014. Elle a dépassé l'Allemagne et compte la troisième surface bio d'Europe, derrière l'Espagne et l'Italie.

Fin 2014, 26.478 producteurs étaient engagés en bio, portant la part des exploitations bio dans l’ensemble des exploitations agricoles françaises à 5,5%. Plus de 2.000 nouveaux producteurs se sont engagés en agriculture biologique en 2014.

"Ce signal politique est incohérent pour une agriculture qui concilie production alimentaire de qualité et respect de l'environnement et qui est au coeur de l'agro-écologie pourtant si chère à notre ministre", estiment dans un communiqué la Fédération nationale d'agriculture biologique (FNAB), les Chambres d'agriculture et Coop de France.

Ce sont les aides au maintien de l'agriculture biologique qui se retrouvent diminuées, tandis que celle à la conversion sont maintenues. Les demandes d'aides au maintien ont atteint 117 millions d'euros pour 2014, dépassant le budget de 103 millions disponible au titre du 1er pilier de la Politique agricole commune (PAC).

L'aide à la conversion reste "la priorité" du gouvernement, d'où le choix de couper plutôt dans les aides au maintien, explique-t-on au ministère de l'Agriculture. « Nous avons été victimes de notre succès",  a reconnu Stéphane le Foll lors d’une conférence de presse sur la PAC.

Le plan Ambition bio 2017 vise à doubler les surfaces bio

Avec l'entrée en vigueur de la nouvelle PAC en 2015, "les aides bio seront financées sur le 2e pilier de la PAC", axé sur le développement rural et d'un fonctionnement plus flexible, "ce qui permettra d'adapter les montants aux besoins réellement constatés", précise-t-on au ministère de l'Agriculture.

La perspective n'est pas vraiment jugée rassurante par la FNAB: "de nombreuses régions, autorités de gestion, n'ont pas attribué les moyens suffisants pour les aides au maintien, voire les aides à la conversion".

 Le ministère affirme que le montant des aides consacré à la bio sera "progressivement doublé" d'ici à 2020, pour atteindre 180 millions d'euros par an, contre 90 millions en 2012. Le plan Ambition bio 2017 vise à doubler les surfaces bio entre fin 2012 et fin 2017.

évolution surfaces bio

 

 

Source AFP/AgenceBio

Sur le même sujet

Commentaires 13

AGILE364

meme le bio est rattrape par les primes et pourtant on cherche a nous vendre ça comme etant la solution a tous les défauts du conventionnel ,et la aussi le système n est pas autonome .....salut

altitude 1015

d'abord à Alfred: Il y a des agriculteurs intelligents qui en ont marre de s'empoisonner, eux et les autres, qui ont fait le choix de produire sans des dizaines d'engrais, de pecticides ou d'antibiotiques. Qui ont fait le choix de ne plus polluer l'eau que vous buvez, la leur d'ailleurs. Il y a des agriculteurs qui savent refléchir par eux-memes, qui ne sont pas sous l'influence des firmes, des commerciaux et des grands syndicats productivistes. C'est cela les agriculteurs bio, reprendre leur production, leur marché en main afin de fournir une alimentation plus saine et de ne pas trouver , à chaque coin de rue , un voisin atteint d'un cancer....On peut avoir l'esprit ouvert sur beaucoup d'autres élements de reflexion, plutôt qu'a chasser des primes, si on en est capable, bien sûr!!!

freiheit

le bio j en pense pas grand chose mais la hollandification et destruction de notre economie est la meme pour tous .un pays ou lont mines la capitale des entreprise comme c est pratiquer chez nous sera bientot un pays mort;;;;

a

malgré les conversions, il y en a aussi des cessations d'activités (en même temps si c'était plus facile, cela ce saurait, y à qu'à la télé que les bios n'ont pas de soucis) et puis le bio valorise bien du foncier pas cher, mais dans les plaines c'est pas la peine, les rendements supplémentaires en conventionnels compensent largement les 30% de prix supplémentaire (et encore en Angleterre il n'y a parfois que 10%).
Et puis du bio local sera toujours un peu plus cher que du bio importé de Pologne (min d’œuvre faible, foncier plus faible or zone Euro).

narthex

@alfred: je ne reviendrais même pas sur votre "intervention" ,qu'elle reste où elle est , au ras des pâquerettes.....par contre j'adore le "bio" entre guillemet.....encore un qui sait tout sur la bio sans jamais avoir ouvert le RCE 889/2008....mais peut être suis-je dans l'erreur?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires