Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Aides-Primes
  • >
  • Actualités
  • >
  • Energie et agriculture : Une unité de séchage collectif de luzerne en Cuma

21/06/11
Ain - Aides-Primes

Energie et agriculture : Une unité de séchage collectif de luzerne en Cuma

La Cuma Luzerne de Bresse (01) s'est constituée autour de 8 éleveurs et vise à sécher collectivement 1000 t/an de foin de luzerne. Outre un captage solaire sous toiture, le projet valorisera la chaleur du méthaniseur de l'un des adhérents.

Le séchage en grange est une alternative aux techniques classiques d'ensilage, d'enrubanné et de foin bottelé. En situation climatique critique, il permet de mettre rapidement à l'abri du fourrage encore humide, récolté le plus souvent en vrac au moyen d'une autochargeuse. Il est ensuite séché en insufflant de l'air chaud au travers d'un plancher sur caillebotis. Outre la garantie quantitative de stocks fourragers, le séchage en grange a aussi des vertus qualitatives, en diminuant les manipulations mécaniques du fourrages, à l'origine de pertes en éléments nutritifs, notamment au niveau des feuilles. la luzerne y est particulièrement sensible. La technique a aussi ses contraintes. Il faut disposer de cellules de stockage adaptées et acquitter une facture énergétique induite par le chauffage de l'air ventilé.

Captage solaire et réseau chaleur

De nombreuses installations reposent sur le captage d'énergie solaire sous toiture, limitant la facture énergétique. Le projet de la Cuma valorisera en prime la chaleur générée par la mise en service concomitante d'une unité de méthanisation par l'un des adhérents. « Ce projet va permettre d'optimiser les coûts et les temps de séchage du foin, analyse Laurent Jullian-Binart, chargé de territoire à la Chambre d'agriculture de l'Ain. En développant la culture de la luzerne, les éleveurs vont gagner en autonomie fourragère tandis que les céréaliers vont diversifier leur assolement. La mutualisation des moyens intégrera les chantier de récolte, aux niveaux matériel et humain ». Le projet devrait sortir de terre courant 2012 pour une mise en service dès la première coupe de luzerne en 2013.

Le séchage en grange influe sur la récolte mais également sur la distribution (Doc Agri-Manu)

 

Raphaël Lecocq
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h