Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
Cogedis, l'expertise comptable

21/03/16
Ille-et-Vilaine - Aides-Primes

Le robot, futur assistant du légumier

Ce qui pouvait sembler de la science fiction il y a peu, est en train de devenir réalité. En production de légumes, les robots pourraient aider à faire face au manque de main d’œuvre et à réduire la pénibilité du travail.

Pourquoi pas des robots en production légumière ?Ils sont encore peu répandus, mais les expérimentations se développent et l’intérêt est grandissant… Il faut souligner que la main d’œuvre est un poste stratégique dans la gestion de l’exploitation agricole. Elle touche à la fois à l’économie et à l’organisation. Lorsqu’un associé ou un salarié s’en va, ceux qui restent se posent toujours la question du remplacement. La filière légumes est particulièrement concernée par la difficulté de trouver des salariés compétents et motivés. Ses besoins en personnel sont importants et peuvent différer selon la production et le taux de mécanisation. Dans le cas d’une exploitation très diversifiée, la problématique s’amplifie avec des pics de travail qui peuvent se chevaucher entre plusieurs cultures. Le phénomène peut s’accentuer quand les conditions climatiques se dégradent et repoussent les différentes récoltes. La gestion des effectifs devient alors complexe.


Récolter ou biner

Concrètement, les robots sont autonomes et fonctionnent généralement grâce à une batterie alimentée par l'énergie solaire. Ils circulent dans les rangées de plantations et peuvent aussi intervenir sur ou entre les plants. Certains sont utilisés pour récolter ou pour biner, par exemple. Dotés de nombreux capteurs et caméras, ils peuvent, en fonction de leur technologie, détecter les anomalies telles que la présence de mauvaises herbes ou de nuisibles et estimer la croissance des végétaux. L’agriculteur peut être relié en temps réel aux données analysées par le robot.


Décision stratégique

Si techniquement le robot a des avantages certains, il ne faut pas négliger le coût qu’engendre un tel investissement. En fonction de leur équipement et de leurs capacités, les tarifs des robots peuvent aller de quelques milliers d’euros à quelques centaines de milliers d’euros. Les robots les plus simples, pour le binage par exemple, sont aussi les moins chers. S’ils sont plébiscités par les agriculteurs, ils sont aussi moins polyvalents. L’investissement dans un robot est une véritable décision stratégique pour le devenir de l’exploitation. Bien qu’apportant son lot d’avantages, son coût pèse sur les charges. Cependant, cette dépense supplémentaire est à comparer à l’embauche d’un salarié (cf. simulation).

Simulation

Monsieur et Madame Martin ont un projet d’équipement de robot pour leurs cultures de légumes. Leur surface est de 30 ha. Leur objectif premier est d’améliorer les conditions de travail et d’alléger le travail de binage. Aujourd’hui cette activité de binage est réalisée par des salariés temporaires principalement en été. Ils souhaitent investir dans un robot qui permet de biner 3000 m² par jour, pour pouvoir dégager l’activité des salariés sur d’autres travaux. L’investissement total est de 35 000 €, sur 12 ans à un taux de 3,5 %.

L’augmentation des charges de structure intègre non seulement les charges financières et d’amortissements supplémentaires mais aussi le coût de la maintenance estimé à 1 000 € chaque année. L’annuité supplémentaire pendant 12 ans est de 3 625 euros. La dégradation du résultat de gestion est de 3 475 € par an.

 

Charges   en plus Charges   en moins

Amortissement du robot

Frais financier

Maintenance

2920 €

705 €

1000 €

Diminution charge MSA

 

1 150 €

 

Total 4 625 Total 1 150 €
L’impact sur le résultat de gestion est de 3 475 € soit 116   € / ha.

Supprimer les taches contraignantes

Comme en lait, l’objectif premier du producteur qui décide d’investir dans un robot est de supprimer les taches récurrentes et contraignantes pour libérer du temps sur d’autres postes et éviter les pics d’activité. Les critères de choix d’un tel investissement ne se résument pas à de simples calculs économiques. C’est le système mis en place au sein de l’exploitation qui va se trouver modifié. Avant de franchir le pas, le projet doit donc être étudié sous tous les angles : économique, technique et organisationnel.


COGEDIS
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h