Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter Google+ Youtube

Vos Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Viticulture
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit Agricole, informez-vous ici

Mon espace
Pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Aides-Primes
  • >
  • Actualités
  • >
  • Viande bovine : la compta au service de la technique
Cogedis, l'expertise comptable

31/03/14
Calvados - Aides-Primes

Viande bovine : la compta au service de la technique

Le contexte volatile des marchés et des prix oblige les éleveurs à affiner la gestion économique de leur élevage. C’est ce que permet l’analyse du coût de production, véritable outil économique d’aide à la décision.

En viande bovine, le prix des moyens de production, tels que l’énergie ou l’aliment, et les prix de marché sont en pleine fluctuation. Ils obligent les éleveurs à piloter de plus en plus finement leur exploitation. Ils doivent non seulement se dépasser techniquement mais aussi rester très attentifs à l’aspect économique. Le coût de production est un outil d’analyse économique performant. En intégrant les charges proportionnelles mais aussi les charges de structure, son calcul permet une analyse économique plus fine que celle de la marge brute.


Outil d’aide à la décision

Le coût de production est un réel outil de gestion technico-économique de l’atelier. Encore peu utilisé en viande bovine, il met la comptabilité au service de la technique. Egalement appelé seuil de rentabilité, le coût de production permet de déterminer à partir de quel prix l’activité commence à dégager une partie du revenu total de l’exploitation. Concrètement, déterminer un coût de production consiste à isoler de la comptabilité les charges de structure  et les charges proportionnelles comme l’aliment, les frais vétérinaires ou les produits d’élevage. Le calcul des charges de structure de l’atelier est défini à partir d’une répartition pertinente des charges de structure totales de l’exploitation entre les différentes activités.

Le coût de production, en viande bovine, est exprimé en euros par centaine de kilos vifs produits ce qui permet d’unifier les résultats de différents modes de productions rencontrés sur le terrain. Ainsi peuvent être comparées entre elles des exploitations qui commercialisent des animaux de race, d’âge, de poids et de sexe différents pour la boucherie comme pour le marché du vif. La variation d’inventaire, constituée d’animaux en vif, est donc prise en compte. D’autre part, la profession utilisant de plus en plus cette unité, celle-ci permet une harmonisation entre et avec différents organismes techniques.


Evaluer sa rentabilité

Le coût de production permet de mesurer la performance économique de l’atelier. Mais, c’est dans un objectif d’optimisation des charges que l’utilisation du coût de production est la plus intéressante voire même essentielle. En analysant la part et l’importance de chaque poste qui le compose, et par comparaison aux normes de référence mises à jour régulièrement, le coût de production fait état des forces et des faiblesses de l’atelier. A partir de ce résultat, des mesures pertinentes peuvent être mises en place pour améliorer les performances technico-économiques de l’élevage. Enfin, l’impact d’un important changement sur l’exploitation, investissement ou embauche, peut être mesuré grâce au calcul du coût de production.

Évaluer son coût de production, c’est donc évaluer sa rentabilité. La plupart des productions animales sont rompues à son utilisation. Encore confidentiel en production bovine, le calcul du coût de production devrait donc être amené à se développer pour devenir une opération courante dans tous les élevages.


Coût de production et coût de revient

Le coût de production constitue un seuil minimal de charges à couvrir sur l’activité étudiée afin de commencer à dégager du revenu. C’est en cela qu’il constitue un outil pertinent d’analyse technico-économique. Il ne faut pas le confondre avec le coût de revient qui, lui, intègre ce que l’on appelle des charges « supplétives » : rémunération du travail des exploitants, des capitaux propres, du foncier. En fonction du placement des curseurs sur ces différents éléments, on obtient un prix minimum permettant de rémunérer l’ensemble des facteurs de production de l’exploitation.


COGEDIS FIDEOR
Imprimer

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h