Agriculteurs en difficulté : 40.000 dossiers remis aux cellules d'urgence

Agriculteurs en difficulté : 40.000 dossiers remis aux cellules d'urgence

Les cellules d'urgence mises en place dans les préfectures ont reçu 40.000 dossiers d'agriculteurs en difficulté, et 10.000 d'entre eux recevront des aides avant la fin de l'année, a indiqué le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, mardi devant l'Assemblée nationale.

"Le soutien à l'élevage a été décidé en juin et en septembre, et 40.000 dossiers" ont été déposés dans les cellules d'urgence depuis le début de l'année, "dont 23.000 sont d'ores et déjà traités", a assuré le ministre, interrogé sur la crise de l'élevage par le député UDI Yannick Favennec (Mayenne).

Lors de la crise du lait en 2008, "il a fallu un an pour que les premières aides soient versées. Cette année alors que le plan a été décidé au mois de septembre, les premières aides seront versées pour 10.000 éleveurs d'ici la fin de l'année, et en particulier les éleveurs porcins", a-t-il ajouté. "C'est 180 millions d'euros d'allégements de charge sur la MSA (Mutualité sociale agricole, ndlr) et 155 millions d'allégements de charges tout court", a précisé le ministre.

Ces 155 millions comprennent notamment les 100 millions d'euros du Fonds d'allégement de charges (FAC), les 30 millions du Plan pour la compétitivité et l'adaptation des exploitations et 15 millions pour les mesures agro-environnementales.

L'élevage français (lait, porc et bovin) traverse une profonde crise qui a poussé le gouvernement à annoncer un plan de soutien de 600 millions d'euros dont 100 millions d'annulations de charges et de cotisations et 500 millions de reports.  Les aides sont débloquées au travers des cellules d'urgence regroupant l'administration, les organisations professionnelles agricoles, les chambres d'agriculture et les centres de gestion, qui traitent les dossiers des agriculteurs en difficulté, majoritairement des éleveurs, pour restructurer leurs prêts.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

cat79

Désolée mais déjà sur un autre dossier j' en avais parlé..... Que devienne les vrais exploitant en difficulté, je parle de ceux qui n'ont pas eu le choix de se mettre en redressement, ou qui sont en sauvegarde..... même les cellules d'urgence ne savent pas quoi en faire, car la seule chose qu'ils disent , c'est nous prendrons les intérêts en charge mais quelle banque prêtera à un RJ ????? Je suis désolée, mais c'est un vrai foutage de gue****
Qui et quand parlera de nos cas ??????

dob

+1 pour laitier 35
+1 pour numéro 6.
Il faut arrêter l'hypocrisie, on perfuse une fois de plus des société démesurées et destructrice de l'environnement et l'emploi. Mais bon ça permet de maintenir l'approvisionnement à bas cout de l'industrie agro alimentaire.

numéro6

@laitier35,tu as totalement raison.Les bons gestionnaires ayant une ligne directrice bien définie n'investissent (ou pas) seulement une fois le revenu dégagé connu,en tenant compte de leur montant d'annuitée et non pas pour que pour défiscaliser.Ils savent aussi mettre de l'argent de coté pour se prémunir d'une période difficile.
Au final les très bons chefs d'entreprise n'ont droit à rien mais peuvent-etre fiers de leur choix.

pie2013

Ce plan est une goutte d'euro dans une fosse sans fond ,tout ceci pour le retour direct des aides aux banques et à la M S A .Qu'est il prévu pour les autres Agris subissant la même crise, des prix moins élevés que voila 30 ans .

AIGLE201

Les cellules d'urgences regroupent l’administration: OK mais aussi nos fournisseurs, enfin ceux qui sont censés nous donner de bons conseils ?????( ils facturent leurs services et maintenant ils vont refacturer les conseils agridiff.......)

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier