Berlin dénonce les attaques des agriculteurs français envers l'Allemagne

Berlin dénonce les attaques des agriculteurs français envers l'Allemagne
La fin des quotas lait touche aussi l'Allemagne.

Le ministre allemand de l'Agriculture Christian Schmidt dénonce les barrages d'agriculteurs français mécontents et appelle au respect du marché unique, qui implique selon lui de cesser d'incriminer la concurrence allemande.

De tels barrages, "ce n'est pas normal", même "avec tout le respect dû à l'expression de la protestation", a dénoncé M. Schmidt lors d'une interview à la radio Deutschlandfunk. "Nous sommes dans le marché unique et il doit être respecté", a ajouté le ministre.

Les producteurs français, surtout de viande et de lait, sont mobilisés depuis plus d'une semaine pour protester contre les prix trop bas. Leurs manifestations ont pris un tour spectaculaire avec barrages routiers et détournements de camions étrangers, notamment à la frontière allemande.

Le ministre allemand  réfute les accusations de dumping social

Christian  Schmidt  réfute  les accusations de dumping social qui ont resurgies ces dernières semaines contre l'agriculture allemande, ses exploitations géantes et ses gigantesques abattoirs qui fonctionnent grâce à la main d'œuvre bon marché d'Europe de l'Est. "Il n'y a rien de vrai là-dedans. La question est plutôt de savoir si l'on est compétitif", a –t-il estimé.

"Je conseillerais (...) à l'économie française de s'examiner elle-même et de ne pas regarder les autres", a-t-il remarqué.

Manifestations d’éleveurs dans le nord de l’Allemagne

L’incitation, par le président de la république lui-même,  à la préférence nationale irrite l'Allemagne. La fédération allemande de l'industrie laitière MIV a écrit lundi à Bruxelles pour dénoncer ce favoritisme alors que les agriculteurs allemands souffrent eux-mêmes de la baisse des prix, notamment à cause de l'embargo russe sur les produits alimentaires, la baisse de la demande en Chine et la pression de la grande distribution.

La fin du système de quotas de production de lait depuis le printemps touche aussi l'Allemagne. Face à cette crise, la fédération des agriculteurs allemands a réclamé vendredi un soutien financier de Bruxelles après des manifestations d'éleveurs dans le nord du pays, bien plus discrètes qu'en France.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

C'est fou

Grâce aux marchés, la plupart des dirigeants politiques ou syndicaux ne sont plus responsables de rien ("c'est pas moi c'est le marché", qui remplace le:" c'est pas moi, c'est l'Europe ou la Globalisation"), mais c'est pas suffisant pour Mr Beulin, il faut en plus (après avoir bouder: c'est pas juste les éleveurs ne sont pas contents pourtant je ne fais rien et puis c'est pas gentil de s'en prendre à sofiprotéol d'abord) qu'ils défendent les autres éleveurs, sauf que dans ce cas c'est aux Allemands de financer la FNSEA, faut être logique (on choisit pas ces parents, on choisit pas sa famille, mais si on choisit de défendre d'autres éleveurs on ce fait financer par eux)

hervé03

il parle de marché unique cela sera vrai quand tout le monde aura les mêmes contraintes environnementales, économiques et sociales, pour le moment c'est loin d'être le cas

valt120

Soit le ministre de l'agriculture Allemand est aveugle, soit il est très ...."faites ce que je dit mais pas ce que je fais".
Bref, que les pays qui ont signés l'arrêt des quotas assument leurs erreurs et ne les aggravent pas. On a pas besoin de surplus de lait Allemand en France, on sait le produire et c'est pas un sous produit des usines de méthanisation!

eleveur

hahaha les allemands eux qui ne respectent pas les même normes environnemental car leur ferme de 3000 vaches est chose commune avec des polonais pour traire ou des roumains pour découper la viande que ce ministre m'explique comment le plus gros abatteur de porc mais des appartement plein de polonais à proximité de lieu de travail à quel prix ils sont payés????

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier