Beurre: des agriculteurs dénoncent "l'intox" de la "pénurie" dans les supermarchés

Beurre: des agriculteurs dénoncent "l'intox" de la "pénurie" dans les supermarchés
Beurre: des agriculteurs dénoncent "l'intox" de la "pénurie" dans les supermarchés

Des éleveurs laitiers mènent depuis jeudi des actions dans certaines grandes surfaces pour dire que la pénurie de beurre"n'existe pas", pointant la responsabilité des distributeurs qui ne le paient pas à son juste prix selon eux.

L'absence de plaquettes de beurre dans certaines grandes surfaces ne relève pas d'une faute ou d'une pénurie de lait chez les producteurs, "c'est un problème de négociations commerciales entre industriels laitiers et distributeurs", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la FNPL (producteurs de lait). Jeudi, dans l'Ille-et-Vilaine et dans la Sarthe, les paysans ont distribué aux clients des supermarchés des tracts "Intox, la pénurie de beurre n'existe pas", dans lesquels est écrit, entre autres choses: "Si ce rayon est vide, c'est que ce magasin ne veut pas payer le beurre à son juste prix!".

Une vingtaine de producteurs laitiers d'Ille-et-Vilaine ont aussi mené jeudi une action au supermarché Cora de Pacé, dans la banlieue de Rennes, dont le rayon beurre était quasiment vide. "Les explications affichées, qui pointent notamment une production insuffisante, ne nous plaisent pas. Nous sommes soumis à un contrat et nous le remplissons en fonction de ce que l'on nous donne le droit de faire", a déclaré Frédéric David, président  de la section laitière à la FDSEA 35. "Nous ne voulons pas être les boucs émissaires des relations commerciales tendues entre transformateurs et distributeurs", a-t-il ajouté.  

 

Beurre : "rétablir la vérité"

Une douzaine de producteurs laitiers ont mené, à l'appel de la FDSEA 72, une action similaire dans un supermarché Carrefour du Mans. Des actions similaires étaient programmées vendredi à Nantes et à Vannes (Morbihan) et d'autres sont programmées samedi en région Centre. Selon la FNPL, les agriculteurs souhaitent "rétablir la vérité avec des affichettes dans les rayons où il y a soi-disant pénurie". Déjà, dans une note conjoncturelle de juin dernier, le centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel) expliquait que "l'absence de certains produits en rayon est révélatrice de tensions entre certaines enseignes de la grande distribution et leurs fournisseurs". "Dans un contexte de guerre des prix entre distributeurs, la majorité des centrales d'achats françaises refusent de procéder à des hausses tarifaires nécessaires.

 

Le prix du beurre au consommateur a ainsi augmenté de 6% entre août 2016 et août 2017 en France selon l'INSEE, quand dans le même temps il a augmenté de 72% en Allemagne", ajoutait le Cniel dans cette note. "Il va falloir que la grande distribution tienne compte du juste prix. Chacun doit prendre ses responsabilités", a rappelé d'une manière générale le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, sur Radio-Classique vendredi, sans citer le beurre en particulier. "Aujourd'hui nous sommes arrivés au bout d'un cycle où chacun a bien compris que si l'agriculteur ne gagne pas sa vie correctement, il n'y aura plus d'agriculteurs", a-t-il ajouté.

 

A lire aussi : 

Pénurie de beurre : info ou intox ?

Les réseaux sociaux s’enflamment avec le #BeurreGate

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 9

bisounours

A vos machines à traire la FNSEA :
faut faire du volume, en classe A.
Avant que les prix n'augmente,
avant qu'il y est du manque ..
Vous avez tout compris..
et l'avenir vous souris ..

momu

Il suffit de réalisme le syndicat est la principale cause des problèmes des paysans ça saute aux yeux 2 ou 3 guignol locaux se cogne les supermarchés .... Vous imaginez avec 700 suicides ce syndicat ne pipe mot avec 4000 cessation annuelle rien , la pieuvre négocie pour que les outils industriels soit encore là pour leur filer des ronds , les paysans ils peuvent crever

1584

@pagrat on me l'avait encore pas fait celle de piquer les idées des autres. les absents ont tort point barre. à bons entendeurs salut

Eric

A tous, arrêtez ces débats de syndicats stériles ! Ce n'est pas en nous opposant, nous agris, que la situation va s'améliorer. Il serait préférable qu'un mouvement unitaire envers ceux qui nous saignent depuis deux ans soit organisé plutôt que regarder qui occupe la scène médiatique. Certes les syndicats ont des objectifs divergents sur certains sujets mais un point les rassemble : la survie de l'agriculture alors revenez au BON SENS PAYSAN

PàgraT

A 1584 et pagel Vous ne manquez pas de toupet et de mauvaise foi! La fnsea a la mainmise sur la plupart des médias agricoles et fait tout pour étouffer les autres en piquant leurs idées notamment.Votre silence permanent sur la CR en dit long. Vos chefs sont bien plus occupés à défendre les coops, à ériger des règles pour être les premiers à les contourner( contrôle des structures..).Mouton a raison; vous jouez double jeu en permanence! Vos jérémiades pour imposer des prix tournent cacahuète à chaque fois. Vous êtes bien mal plaçés pour faire la morale

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires