Bretagne : les agriculteurs promettent de continuer leurs actions

Bretagne : les agriculteurs promettent de continuer leurs actions
Les éleveurs tirent depuis des mois la sonnette d'alarme en raison des cours trop bas, inférieurs aux coûts de production (DR)

Les éleveurs bretons, délogés par les forces de l'ordre ce matin alors qu’ils bloquaient la RN12 depuis mercredi après-midi près de Saint-Brieuc, restent déterminés à continuer leurs actions.

"On va continuer, si on nous déloge, on va sur un autre endroit, il faut qu'on nous entende", a expliqué Didier Lucas, président de la FDSEA des Côtes-d'Armor, qui a appelé à cette mobilisation avec les Jeunes agriculteurs (JA).

L'évacuation peu avant 8h00 de la cinquantaine d'éleveurs présents sur la RN12 (Rennes-Brest) s'est déroulée dans le calme. "Ce n'était pas concevable que ça dure", a expliqué lors d'une conférence de presse le préfet du département, Pierre Lambert, qui a rappelé que cet axe voit passer chaque jour plus de 60.000 véhicules, et jugé le blocage comme "une gêne insupportable pour les usagers".

Les agriculteurs délogés se sont retranchés sur l'axe de covoiturage installé le long de la RN12. En fin de matinée, ils ont commencé à se séparer pour continuer leurs actions vers Guingamp et Lamballe, à l'ouest et à l'est de Saint-Brieuc.

Il s'agit pour les éleveurs d'attirer l'attention des pouvoirs publics sur la crise qui perdure dans leur profession. "Valls, tu nous aimes?? Viens nous le dire ici et maintenant", clamaient les manifestants sur des dizaines d'affichettes placardées sur leurs tracteurs ou leurs véhicules.

Des prix extrêmement dégradés

Plusieurs dizaines d'agriculteurs, venus avec leurs tracteurs, manifestent aussi depuis jeudi matin en Sarthe, à l'appel des JA du département. Ils ont organisé des barrages filtrants qui bloquent plusieurs axes permettant d'accéder au Mans, avec les mêmes revendications économiques, et en solidarité avec les éleveurs bretons mobilisés.

"Après toutes les belles annonces que nos élus de la République nous ont faites cet été ou cet automne, on arrive en ce début d'année 2016 dans des situations encore plus critiques qu'il y a un an, les prix se sont extrêmement dégradés, entre autres sur la filière laitière", a expliqué David Bourdin, président des JA de la Sarthe.

Les éleveurs tirent depuis des mois la sonnette d'alarme en raison des cours trop bas, inférieurs aux coûts de production, auxquels le porc, le lait et la viande bovine sont achetés par les industriels de la transformation.

Les syndicats veulent également obtenir l'engagement des distributeurs et des industriels pour que les négociations commerciales annuelles en cours se fassent dans le respect d'un prix équitable reversé au producteur, mais aussi de la transparence sur la répartition des marges tout au long de la filière.

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

AIGLE201

Les grandes surfaces font un seul job, celui d'acheter au plus bas.Nos responsables syndicaux devraient faire de même, 1 seul job : défendre les agriculteurs. Arrêtons de défendre l'agriculture et défendons les agriculteurs et laissons les coop fonctionner comme des privés sans nos parts sociales; ça ne sera pas pire qu'aujourd'hui.

Rice 44

Faut arrêter de payer nos cotisation du syndicat(fnsea) car mr belon nous mène en bateaux il n'à pas envie que l'agriculture marché mieux car sait qui en souffrirai à sont tour. Pour changer les choses faut une grosse révolte, tous ensemble et toutes les productions ce mettre à tous bloquer car autrement l'état va encore donner des aide au agriculteurs et sait les industriels et les coop qui vont tous ramasser encore une fois. Disons stops exprimons notre râle bol.
Le produit à l'étalâge pourait rester au même prix mais faut repartir les marges!

szut

dans les industriels il y a aussi les coop ou l on trouve les memes dirigeants qu a la fnsea,bizarre,bizarre.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires