Charcuterie : 1.000 emplois perdus en 2013

Charcuterie : 1.000 emplois perdus en 2013
Le secteur de la charcuterie industrielle est l'un des secteurs agroalimentaires qui a le plus souffert en 2013 (DR)

Malgré une consommation quasi stable, la charcuterie industrielle a connu en 2013 une année noire avec plus de 1.000 emplois supprimés et la situation ne semble pas s'améliorer. En cause : la baisse des ventes en restauration collective et la mise sous pression par la grande distribution.

"Nous connaissons vraiment un coup de frein, c'est la pire crise de notre histoire", a commenté Robert Volut, président de la fédération des charcutiers industriels (Fict), à l'occasion du bilan annuel du secteur. Pour 2013, les chiffres sont tous dans le rouge: une production qui baisse pour la première fois depuis trois ans (-1,4%), 1.100 emplois supprimés (sur un total de 33.000 dans la branche), des investissements en chute libre (-40%) par rapport aux dernières années et des exportations en baisse de 5%.

Seule la consommation reste quasi-stable (-0,4%). Les ventes aux particuliers augmentent même de 1,2%, mais la consommation hors-domicile chute de 4,7%.  L'année en cours ne s'annonce pas meilleure, prévient-il, surtout si la guerre des prix dans la grande distribution continue ainsi.

En décembre, l'Observatoire de formation des prix et des marges avait justement indiqué que les taux moyens de marge nette les plus élevés étaient pratiqués dans les rayons volailles et charcuterie, à respectivement 5,3 et 5,8% du chiffre d'affaires. Dans ce contexte, les entreprises qui s'en sortent le mieux sont celles qui ont des marques fortes, tandis que celles qui produisent pour les marques des distributeurs (MDD) souffrent énormément.

Conquérir le marché chinois

"En 2014, ça ira mieux si on arrive à avoir de meilleures relations avec la grande distribution et si on réussit à avancer sur le marché chinois qui s'est ouvert en mars à la charcuterie française", ajoute-t-il. Pour l'instant seules trois entreprises françaises disposent du précieux agrément d'exportation et la conquête des consommateurs chinois prendra du temps.

"Le secteur de la charcuterie industrielle est l'un des secteurs agroalimentaires qui a le plus souffert en 2013", confirme Jérôme Breysse, directeur du département économie à l'association des industries agroalimentaires (Ania).  "Il est nécessaire de rétablir rapidement une relation plus équilibrée avec les enseignes de la grande distribution", d'autant plus dans un secteur composé essentiellement de PME qui ont un pouvoir de négociation amoindri face aux distributeurs, ajoute-t-il.

Les professionnels sont déjà en train de négocier les promotions pour Noël dans les grandes surfaces et ces négociations donneront le pouls du climat commercial.  Cette guerre "poursuivie, entretenue et amplifiée par les enseignes de la grande distribution" pourrait coûter "15.000 à 20.000 emplois" dans tout le secteur agricole et agro-alimentaire, ont prévenu les acteurs du secteur.

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

Acide

Oui tu peux même compter sur ribery et benzema pour sauver la filière ....millionnaire pour taper dans la baballe. Paysan même pas smicard pour nourrir le monde

moi meme

bonjour mrs mais qui s"en souci seule la coupe du monde compte et nourrir le bon peuple au moins cher si les producteurs et intermediaires meurent qu'elle importance des chinois vont racheter tel les laiteries bref vendons aux etrangers et nous seront soumis aux etrangers pas tout de suites mais dans quelque temps il ne faut pas rever on n'achete pas peugeot pour garder peugeot on achete pour supprimer un concurent.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier