Chine_Abcis n°18 – Automne 2016 - La lettre de veille et d'analyse de l'économie de l'élevage en Chine

INSTITUT DE L'ELEVAGE IDELE

Chine_Abcis n°18 – Automne 2016 - La lettre de veille et d'analyse de l'économie de l'élevage en Chine

Le numéro 18 de Chine_Abcis, la lettre d'information numérique spécialement consacrée à l'analyse de l'économie de l'élevage de la Chine, vient de paraître. Chine_Abcis propose des informations sur l'économie de l'agriculture chinoise et plus spécifiquement sur les marchés laitiers, des viandes et de la génétique bovine, ovine, caprine, porcine et de la volaille. Il s'agit d'un instrument unique en français qui analyse les évolutions du marché chinois des produits animaux.

La lettre d’information numérique spécialement consacrée à l’analyse de l’économie de l’élevage de la Chine.

 S'abonner à Chine_ABCIS :
 
 Chine_ABCIS est disponible sur abonnement, au tarif de 80 € pour 5 numéros/an. Souscrire un abonnement
 
 Télécharger gratuitement le n°1 de la Lettre Idele-Chine – Mars 2012

Le 13ème plan quinquennal promeut une croissance agricole verte et modérée Le volet agricole du dernier plan quinquennal 2016-2020 annonce la volonté de freiner la course aux volumes au profit d’une transformation vers une « agriculture plus verte et plus moderne ». Il rompt avec les plans quinquennaux précédents et les mots d’ordre stakanovistes à augmenter toujours plus les productions agricoles. Mais il s’inscrit dans la ligne des textes officiels publiés depuis 2015, mettant en avant une agriculture « verte » et une sécurité alimentaire centrée sur une autosuffisance à 100% en blé et en riz.
Les principaux objectifs chiffrés sont :

  • Augmentation de la production de lait à 40 millions de tonnes en 2020, soit un rythme d’un peu plus d’1% par an, proche de celui connu depuis 2008, mais moitié moins rapide que celui programmé dans le plan précédent. Les autorités chinoises semblent avoir pris la mesure des difficultés auxquelles secteur laitier est confronté. L’objectif de 50 millions de tonnes du 12ème plan quinquennal (2011-2015) semble hors d’atteinte avant longtemps.
  • Augmentation de la production de viande 33% moins importante que celle prévue dans le plan précédent et moitié moins que celle réalisée entre 2010 et 2015. Le détail par viande n’est pas disponible, le document indique seulement que l’autosuffisance en porc doit être assurée avec une production stabilisée et que les productions bovine et ovine doivent progresser.- Réduction de la surface semée en maïs de 12%, après une hausse réalisée de 14% au coursdu dernier plan quinquennal, compensée par une augmentation de la surface en soja.
  • Légère réduction de la production de produits aquatiques (-1,5% en 5 ans).
  • Capacité de production de grains (céréales, soja et tubercules) inférieure à la production de2015. En 2015, les volumes officiels affichaient 621 millions de tonnes, et la capacité de production ne doit pas descendre sous les 550 millions de tonnes en 2020, affirmant ainsi la volonté de faire porter les efforts sur une capacité de production à préserver et non sur des récoltes record

Si ces objectifs ne sont évidemment pas toujours réalisés dans les faits, ils donnent l’orientation des pouvoirs publics.
Le plan confirme l’orientation de l’agriculture vers plus de modernité à travers notamment : la poursuite de l’agrandissement des exploitations agricoles, dans l’objectif de rendre l’agriculture plus compétitive sur les prix et plus professionnelle ; la fixation de limites pour l’utilisation des intrants à horizon 2020 et une volonté de mieux intégrer les cultures et l’élevage traçant la voie vers une agriculture qui se veut plus « verte ».
Enfin, le plan met l’accent sur la volonté de poursuivre l’internationalisation de l’agriculture chinoise, sous le l’angle de « la coopération ». Sur le volet commercial, les exportations de fruits, légumes, thé et produits aquatiques sont encouragées, ainsi que les importations de produits dont l’offre est insuffisante en Chine. Ces flux entrants devraient cependant faire l’objet d’une surveillance par un système d’alerte mis en place dans le but d’analyser les importations et leurs effets sur le secteur national. Sur le volet investissements, les « nouvelles Routes de la soie » sont mises en avant afin de favoriser la sortie des capitaux, dans le cadre de la stratégie d’internationalisation des investissements initiée il y a 10 ans. Les capitaux étrangers en Chine sont également les bienvenus, notamment en technologie de l’équipement agricole,de la transformation et du recyclage des déchets agricoles.

Au sommaire de ce n° 18

APPROVISIONNEMENT EN GRAINS : Recul des importations et de la production
SECTEUR PORCIN : Chine : l’effet papillon
VOLAILLE : La filière oeufs chinoise rebondit
BOVIN LAIT : Le lait liquide, nouveau terrain de bataille sur le marché chinois
TANNERIE : Restructuration à marche forcée

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires