Crise agricole : un abattoir et une laiterie pris pour cible dans les Pays de la Loire

Crise agricole : un abattoir et une laiterie pris pour cible dans les Pays de la Loire

Un abattoir a été bloqué dans la nuit de dimanche à lundi dans la Sarthe et une laiterie a été prise pour cible en Mayenne par les agriculteurs qui réclament l'application de la hausse des prix sur la viande, a-t-on appris auprès des agriculteurs et des gendarmes.

Depuis dimanche 23h00 plusieurs dizaines d'éleveurs de la FDSEA 72 bloquent l'abattoir Charal (Groupe Bigard, découpe porc et viande bovine) de Sablé-sur-Sarthe, ont indiqué ces sources. Arrivés avec leurs tracteurs et du fumier qu'ils ont déversé devant l'entrée, ils réclament "que l'engagement pris avec le ministre soit tenu", soit une augmentation hebdomadaire de cinq centimes "sur toutes les catégories d'animaux", a expliqué lundi Annabelle Lecomte de la FDSEA 72. Car l'abattoir a appliqué certaines augmentations, mais pas toutes celles promises. "Certains opérateurs le font partiellement, d'autres pas du tout", a-t-elle souligné. D'autres abattoirs devaient être bloqués en France lundi matin dans le cadre de ce mouvement, a-t-elle ajouté.  

Les éleveurs en colère ont notamment lâché des cochons en liberté dans l'enceinte de l'abattoir en découpant un grillage, selon les gendarmes. L'abattoir a été bloqué toute la nuit mais les agriculteurs, qui rencontraient lundi matin le directeur du site, doivent libérer l'entrée avant lundi midi. En Mayenne, ce sont plusieurs centaines d'agriculteurs, réunis dimanche soir, qui ont manifesté. Ils se sont rendus devant la préfecture de la Mayenne à Laval, puis devant la laiterie Lactalis de Changé où ils ont lâché des cochons, avant de se rendre au péage de La Gravelle sur l'A81 entre Rennes et Laval où ils ont contrôlé le contenu de quatre camions de viande, selon la gendarmerie.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 6

a

Si on fait un peu d'histoire en 62 la France n'est pas autosuffisante, dans les années 70 elle est autosuffisante (c'est peut-être à ce moment là qu'il aurait fallût freiner afin de ne pas faire une fausse concurrence par exemple avec les producteurs de lait Africain avec notre poudre subventionner, ce qui conduit à un exode rural sans industrie en ville pour valoriser la main d’œuvre locale) puis dans les années 80 elle est excédentaire (avec une population qui a fortement augmenter).
Aujourd'hui elle tend à nouveau à être déficitaire (sachant qu'elle l'est en protéine animale depuis les années 80) que ce soit pour par exemple pour les fruits et légumes.
En 1962 on avait une politique qui déterminer les prix et limiter la concurrence à l'extérieur de l'Europe (bien sur c'était imparfait d'où l'idée de collège regroupant producteur, transformateur et consommateur dans une office, plutôt que d'une approche strictement bureaucratique, c'est ce que souhaitait Édith Cresson, mais Mitterand préférait ce montrer moderne en la nommant premier ministre).
Aujourd'hui niveau Européen quiconque proposerait quelques choses d'approchant la PAC de 62 serait traité de Bolchevique souhaitant la famine comme en Corée du Nord, alors qu'en une génération on a eût une surproduction.... chercher l’erreur.... Einstein avait raison, il y a deux constantes universelles: la vitesse de la lumière et l'infinité de la connerie humaine.

abeillenoire

Pour ma part, je milite sur le terrain; j achète directement chez les producteurs ! là, les grands groupe n'ont pas un sous !

@pietin

oui vu l'etat de l'agriculture francaise , la collusion entre dirigeant syndicaux et industriels et politicards de droite , oui je pense que l'nt peu employé les termes que tu as utilisés

jeje

c'est toujours facile de critiquer

JANTE5460

Plus facile de grogner derrière son ordi que de participer aux débats et de proposer .... Viens chez nous tu verras si on collabore avec les entreprises et les gms

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires