Crise aviaire: la FDSEA des Landes favorable à un abattage total des canards

Crise aviaire: la FDSEA des Landes favorable à un abattage total des canards

La FDSEA des Landes s'est dite jeudi favorable à un abattage total des canards avec vide sanitaire pour lutter contre le virus de la grippe aviaire, estimant que les mesures actuelles étaient "dans l'impasse", comme le montre la multiplication des cas de H5N8 dans le Sud-Ouest.

"On a voulu croire que (l'abattage préventif par zone infectée) marcherait mais force est de constater qu'on est dans l'impasse", a déclaré à l'AFP François Lesparre, président de la FDSEA des Landes, à l'issue d'une conférence de presse du syndicat agricole à Mont-de-Marsan.

Lundi, le président PS du Conseil départemental des Landes, Henri Emmanuelli, avait estimé qu'il valait désormais "mieux tout abattre" pour pouvoir fixer une date de reprise de production. "Emmanuelli est sorti du bois, et on est un peu sur la même ligne. Mais si on doit adopter cette ligne-là, il faut s'en donner les moyens et que ce soit fait sans dérogations, en abattant bien tous les canards, car l'aspect sanitaire doit primer", a souligné M. Lesparre.

La FDSEA des Landes demande par ailleurs une accélération des systèmes d'indemnisations, notamment pour les éleveurs qui n'ont pas été touchés directement par le virus mais qui, de fait, n'ont pas pu mettre de canards en place depuis début janvier. Des problèmes qui affectent également les éleveurs de poulets. "Les banques doivent aussi jouer le jeu", a fait valoir le responsable syndical.

De son côté, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll a préconisé lundi une réforme du modèle de production du foie gras en France, en limitant notamment les transports de palmipèdes d'une étape de la production à l'autre, vecteur de propagation du virus. Mais pour M. Lesparre, ce sujet n'a pas lieu d'être. "On a une filière avec une réalité diverse, des gens en circuits courts, des éleveurs, des gaveurs, des conserveurs, c'est la richesse de la filière qui arrive à satisfaire un marché, avec du foie gras pour toutes les bourses", a-t-il jugé, assurant en outre que c'est "un discours qui ne tient pas sanitairement". Les Landes sont le premier producteur national de foie gras avec un quart de la production française.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

Guit 40

Le transport est le vecteur principal de diffusion de la maladie, le nier fait prendre des risques insensés à la filière pour l'année prochaine

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier