Crise de l'élevage: la filière des aliments pour bétail risque d'en pâtir

Crise de l'élevage: la filière des aliments pour bétail risque d'en pâtir

La crise de l'élevage en France risque d'avoir un "impact" sur l'emploi dans l'industrie de la nutrition animale après la"baisse sans précédent" de la production d'aliments pour animaux en 2016, ont prévenu vendredi Coop de France et le Syndicat national de l'industrie de la nutrition animale (SNIA).

"Les fabrications d'aliments pour animaux (porcs, volailles, bovins) devraient enregistrer en 2016 une baisse sans précédent, en lien direct avec les difficultés rencontrées dans la quasi-totalité des filières animales" indique un communiqué commun aux deux entités. Sur les huit premiers mois de l'année, la production d'aliments en France a diminué de 700.000 tonnes par rapport à la même période en 2015 (-5,3%). Si cette tendance se confirme, 2016 pourrait enregistrer une production d'environ 20 millions de tonnes, soit près d'un million de moins qu'en 2015, ajoute le texte. "Cette situation dégradée aura un impact sur le tissu des entreprises de nutrition animale dont la restructuration continue pourrait s'accélérer, fragilisant l'emploi dans le secteur" précise le communiqué.  

Le secteur de la nutrition animale pour le bétail et les volailles emploie en France quelque 15.600 salariés (hors aliments pour animaux de compagnie) dans quelque 200 entreprises, pour la plupart de petite taille. La moitié des entreprises françaises du secteur produisent moins de 50.000 tonnes d'aliments par an, selon des chiffres 2014 sur le site du SNIA. Coop de France Nutrition animale représente les entreprises du secteur coopératif impliquées dans la nutrition animale et le SNIA, créé en 1971, est une organisation professionnelle chargée de représenter l'industrie en France.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

49

le Foll réveille toi, 5 % de la population nourrisse et font vivre des milliers de personnes et c'est même personne oublie d'où vient leur salaire.
Nous par contre on peut ce passé de fabricant d'aliment et autre, la valeur ajouté doit appartenir à ceux qui la produise.

tom63

Les fabriquants vont diminuer leurs ventes. Et alors, ils achètent les matières premières moins cher. Donc, je vois pas ou est le problème ?

thony

C'est bien temps de s'en rendre compte que grâce a tt les éleveurs on fait vivre des milliers de gens en plus de les nourrir!!!! Mais bon 2 ans pour réagir c bien on est en France pas de doutes possible.

pietin 113

Normal,d'autant que l'on a apris à s'en passer...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier