Déléguer ou arrêter l’élevage des génisses

COGEDIS FIDEOR

Arrêter l’élevage des génisses pour acheter des génisses amouillantes ? Si un gain peut être au rendez-vous, les options ne sont pas sans risque et nécessitent une analyse personnalisée.

Entre 790 € et 1350 €, c’estle coût de production moyen d'une génisse de renouvellement de typeprim’holstein (PH). Variable selon le système de production, c’est le critèrequi va déterminer l’intérêt économique de sous-traiter l’élevage des génisseschez un tiers ou d'abandonner l'élevage des génisses de renouvellement. Autreséléments d’arbitrage : le risque sanitaire, l’impact sur le temps detravail et les bâtiments d’élevage.

Déléguer ou arrêter l’élevage des génisses

Achat d’amouillantes

M. Lelait dispose de 280 000 litres delait avec 40 vaches PH. Le taux de renouvellement est en moyenne de 25 % et lesveaux femelles (17 par an) sont conservés chaque année. Jusqu’à présent, M.Lelait élevait toutes ses femelles et vendait le surplus en génissesamouillantes. En optant pour l’arrêt d’élevage des génisses, et compte tenu deshypothèses retenues, l'éleveur pourrait obtenir un gain de 468 € de revenu (cf.tableau). Les croisements avec une race à viande pourront alors être judicieuxpour une meilleure valorisation des veaux vendus. Il faut aussi noter que l'achatdes génisses amouillantes augmentera les besoins de trésorerie. Attentioncependant aux mouvements d'animaux entre les élevages qui comportent denombreux risques sanitaires. De plus, l'achat de génisses amouillantes nepermet pas de tenir un schéma génétique. Cette orientation ne sera donc pas àconseiller pour les élevages à forte production laitière.

Déléguer ou arrêter l’élevage des génisses

Mise en pension

Si M. Lelait décide de déléguer l’élevage de ses génisses derenouvellement à l’extérieur, la perte de revenu pourrait être supérieure à3000 € en prenant le postulat d’un coût de pension de 1,5 € par jour et paranimal (cf. tableau). La différence majeure par rapport à l'option précédente, c’estque l'éleveur reste maître de son plan d'accouplement. Par contre, même s'ilssont moins importants que dans la première hypothèse, les risques sanitairesrestent élevés compte tenu des mouvements d'animaux.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier