Démarrage plus lent que prévu de l'usine de lait MLC pour la Chine

Démarrage plus lent que prévu de l'usine de lait MLC pour la Chine

L'usine que les Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) ont lancé fin juin à Méautis (Manche), pour exporter du lait vers la Chine, démarre plus lentement prévu, a indiqué lundi sa direction.

"Un des problèmes rencontrés, c'est que nous avons attendu trois mois pour avoir l'autorisation du gouvernement chinois de pénétrer le marché chinois. On a été trois mois sans produire" dans cette nouvelle usine prête dès avril, a expliqué le directeur général de MLC, Jean-François Fortin.   L'usine, fruit d'un contrat d'approvisionnement avec le Chinois Synutra, emploie cent personnes alors que MLC pensait fin juin atteindre en septembre l'effectif de 200. MLC "espère" désormais atteindre cet objectif dans les mois qui viennent. Une soixantaine de conteneurs quittent chaque semaine l'usine, alors qu'en juin MLC pensait atteindre la centaine en septembre.  

Après un investissement de 116 millions d'euros par MLC dans l'usine, "il est bien évident que les trois ou quatre mois (sans produire dans l'usine) vont peser lourd dans l'exercice actuel", a ajouté M. Fortin. Du fait de l'investissement, les résultats du groupe sur l'exercice clos fin mars sont en baisse mais restent positifs, a précisé M. Fortin. Le groupe refuse de communiquer ses résultats avant mardi. Et sur cet exercice 2016/2017, les 1.215 producteurs de MLC ont été en moyenne payés 30 euros de plus que la moyenne des producteurs français, selon la direction, soit 347,13 euros TTC les 1.000 litres, un peu moins qu'en 2015/2016 (352 euros environ), selon Christophe Levavasseur, président de la coopérative les Maitres laitiers, maison mère du groupe MLC.  

L'usine est destinée à 40% au contrat Synutra signé pour dix ans, un tiers pour une activité beurre et crème AOC provenant d'une usine qui ferme à Tribehou (25 à 30 emplois), et le reste pour des contrats à venir. MLC vise des pays qui comme la Chine, pense M. Fortin, "n'atteindra jamais l'autosuffisance" en lait et où la hausse du pouvoir d'achat est probable. M. Fortin a cité l'Inde et "certains pays d'Amérique latine". Conséquence du contrat avec Synutra, MLC à proposé à ses producteurs d'augmenter leur production de 20%. "Ce n'est pas obligatoire. Je ne veux pas être en situation de me retrouver face à un producteur qui me dit +tu m'as obligé à investir et je m'en sors pas+", a souligné M. Levavasseur.   La coopérative Maîtres laitiers du Cotentin emploie près de 830 collaborateurs et le groupe dont elle est la maison-mère 5.011.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

Jeje50

Ok, mais les mlc reste une vrai coop , qui sait payer le lait quand elle le peut. Si toutes les coop pourraient fonctionner comme elle...

pietin 113

Foutaise! Depuis quant parle t on de prix payé TTC?
Qui paye la TVA?
Ce genre d'arnaque est revoltante mais perssone dit rien...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires