Doux : la justice prolonge la période d'observation et liquide le pôle frais

Doux : la justice prolonge la période d'observation et liquide le pôle frais

Le tribunal de commerce de Quimper a donné une chance de relance au groupe Doux, en permettant le maintien de la période d'observation du volailler breton jusqu'au 30 novembre, tout en mettant en liquidation le pôle frais, déficitaire, qui emploie 1.700 personnes sur près de 4.200.

Cependant, le tribunal a fixé au 10 août la date de dépôt desoffres de reprises de "Doux frais", l'une des 23 sociétés du groupe,et au 10 septembre la fin de la période d'activité.

Une audience d'étape se tiendra le 9 octobre pour les 22 autressociétés du groupe. "Nous espérons que le plan de continuation auqueltravaille Charles Doux pourra être déposé entre les mains du tribunal à larentrée de septembre", a-t-on expliqué.

Le tribunal a également refusé "l'indivisibilité"de l'offre présentée sous l'égide de Sofiprotéol

Les sociétés et coopératives qui avaient présenté une offre sousl'égide de Sofiprotéol ont la possibilité de déposer de nouvelles offres "dansles meilleurs délais", a-t-on précisé.

"Nous avons sollicité et obtenu le maintien de lapériode d'observation (...). C'est l'étape nécessaire pour nous permettre d'élaborer"le plan de continuation, a déclaré l'avocat de Doux.

Le plan de continuation de Charles Doux prévoit l'entrée majoritaire au capital de la banque britannique Barclays

"Malheureusement, nous n'avons pas de solution pourDoux frais (...). Nous espérons des candidats repreneurs pour ce pôlefrais" d'ici le 10 août, a ajouté Me Gourvès.

Réactions…

"Si on lève cette indivisibilité" de l'offre Sofiprotéol,"il y aura moins de casse et je pense que, le 10 août, il y aura beaucoupde dossiers sur la table pour reprendre les sites" de Doux frais, a de soncôté déclaré Jean-Luc Guillard, délégué central CFDT au sein du groupe Doux."Il faut tourner la page", selon lui.

"Les deux solutions (Doux et Sofiprotéol) n'étaient pasbonnes", a estimé pour sa part Véronique Rives, déléguée CGT. "Commentimaginer autant de personnes au chômage alors que le secteur est porteur",s'est-elle interrogée.

"Pour moi, ce n'est plus Doux mais la Barclays qui nousdirige", a déclaré pour sa part Nadine Hourmant, déléguée FO. "Je considèreque le groupe est anglais et que nous sommes dirigés par des financiers".

"La liquidation du pôle frais me préoccupe énormément",a déclaré Xavier Beulin, président de la FNSEA, principal syndicat agricole,mais également PDG de Sofiprotéol. "Ma préoccupation ce soir, c'est de savoir si nous aurons ou nondes opérateurs qui vont se porter candidats sur le pôle frais", a ajoutéM. Beulin.  Le"consortium"Sofiprotéol avait fait une offre globale de reprise du groupe Doux. Ceconsortium regroupait pour l'occasion des acteurs français du secteur volailler,privés et coopératives : Glon Sanders (filiale de Sofiprotéol), Duc, LDC,Terrena, Tilly-Sabco et Triskalia.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier