Elevage: une "charte de bonnes pratiques" signée entre des distributeurs, des agriculteurs et des éleveurs en Lozère

Elevage: une "charte de bonnes pratiques" signée entre des distributeurs, des agriculteurs et des éleveurs en Lozère
© FDSEA Lozère

En pleine crise de l'élevage, la FRSEA et les JA du Languedoc-Roussillon ont convié vendredi des distributeurs et intermédiaires à se rendre sur une exploitation de Lozère afin de trouver ensemble des solutions concrètes.

L'aval des filières viande bovine et lait - plus de 150 directeurs de grandes surfaces, de centrales d'achats et transformateurs -  avaient été invités à participer à cette rencontre avec des agriculteurs de tous les départements du Languedoc-Roussillon au Gaec du Cher, l'exploitation de René Planchon, à Saint-Colombe-de-Peyre. "Nous sommes très satisfaits de l'attitude de la grande distribution", a déclaré Olivier Boulat,  responsable élevage FRSEA Languedoc-Roussillon, faisant état de la signature par la quasi-totalité des 25 enseignes de distribution présentes d'une "charte de bonnes pratiques". Cette charte s'inspire de l'initiative de la FDSEA de Lozère, qui avait signé en 2015, avec les distributeurs du département un document s'engageant notamment sur des prix qui permettent aux agriculteurs de vivre décemment. "Un technicien de la FNSEA a expliqué comment est constitué 1 kg de lait ou 1 kg de viande, pour faire comprendre qu'on ne peut pas vivre avec 300 euros/1 000 litres", souligne Julien Tuffery, vice-président des JA Languedoc Roussillon, les agriculteurs réclamant un minimum de 340 euros. "C'est la première étape, s'ils entendent notre message, tout ira bien. Sinon, on passera à la seconde étape, on ira chez eux", précise-t-il.  

Déplorable

M. Boulat s'est en revanche dit "très irrité par la politique de la chaise vide des transformateurs lait et viande". "C'est déplorable", a-t-il estimé. "Les tas de fumiers ne sont pas loin de bouger", a menacé le responsable syndical. Selon les organisateurs, la rencontre visait à ce que les intermédiaires puissent se rendre compte directement des difficultés des éleveurs sur une exploitation: "règlementation excessivement lourde, coûts de production élevés et prix en chute libre..." Dans le but d'avancer "dans la construction de solutions pérennes sur les débouchés et les prix avec l'aval des filières" dans une démarche "gagnant-gagnant". Des actions similaires devraient être rapidement engagées dans d'autres régions selon les deux syndicats.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires