Finistère : Des éleveurs en colère interpellent Stéphane Le Foll

Finistère : Des éleveurs en colère interpellent Stéphane Le Foll

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, en visite lundi dans le Finistère, a été accueilli à son arrivée au siège du volailler Doux à Châteaulin par des éleveurs en colère, venus avec une trentaine de tracteurs protester contre les prix d'achat de la viande pratiqués par la grande distribution.

Quelques éleveurs avaient déjà accueilli le ministre à son arrivée un peu plus tôt à l'aéroport de Quimper, sans incident particulier.

"J'aurai des annonces à faire" le 12 juin à Ploërmel (Morbihan) à l'assemblée générale de la Fédération nationale porcine (FNP), "si d'ici là il n'y a pas des choses qui sont faites", a assuré M. Le Foll à la trentaine d'éleveurs venus dénoncer les prix d'achats pratiqués par la grande distribution devant le groupe Doux, à l'appel de la FDSEA et des JA du Finistère.

"Le ministre a des responsabilités là-dessus, bien sûr, mais en même temps malheureusement pour moi, peut-être heureusement aussi, ce n'est pas moi qui décide de tout", a-t-il ajouté avant de repartir pour assister à une table ronde entre éleveurs, élus, représentants syndicaux et dirigeants du groupe Doux, en pleine renaissance trois ans après avoir échappé à un dépôt de bilan.

M. Le Foll a ensuite déjeuné avec des éleveurs à Châteaulin avant d'être à nouveau pris à partie par une poignée d'entre eux qui l'attendaient à l'extérieur: "On est tous en train de crever dans les fermes!" s'est exclamé un éleveur. "On est là pour vous aider", lui a répondu M. Le Foll au cours d'un échange tendu.

Le 12 juin, "il ferait des annonces, mais on lui a dit que c'était trop tard", a indiqué à la presse Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère au terme du déjeuner, réclamant de manière "urgente" une hausse du prix du kilo de porc de 20 centimes.

Stéphane Le Foll devait rencontrer dans l'après-midi à Morlaix des représentants de l'autre volailler finistérien Tilly-Sabco, en proie à de graves difficultés il y a encore quelques mois. Là aussi, des agriculteurs en colère venus avec leurs tracteurs attendaient le ministre de pied ferme.

Plusieurs plate-formes logistiques de la grande distribution ont été bloquées la semaine dernière en Bretagne par des éleveurs en colère.

 

 
Le ministre accroché à la sortie du restaurant par OuestFranceFR

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 9

fairytales

oui je suis d'accord avec philou averonet

eleveur

vous croyez quoi les paysans sont que 3% pour nourrir 97% de la population. Dans les urnes de vote voilà le poids que l'on représente.
Alors les perfusions à outrance çà commence à bien faire.pour sortir de cette M... il faudrait une bonne révolution!!! NON?

PHIlou

Le ministre doit nous dire comment il voit l'avenir: veut-il de l'agro-industrie ou au contraire des fermes nombreuses capables de faire vivre une famille sur chacune d'elle ?
faut qu'il propose quelque chose et qu'il oriente clairement les budgets vers ce projet.

Averonet

Le ministre doit nous dire comment il voit l'avenir: veut-il de l'agro-industrie ou au contraire des fermes nombreuses capables de faire vivre une famille sur chacune d'elle ?
faut qu'il propose quelque chose et qu'il oriente clairement les budgets vers ce projet.

common

Quelqu'un veut quelque chose de quelqu'un d'autre. Ce quelqu'un d'autre dit - avec une certaine générosité ("responsabilité") - NON. Qui est alors impuissant...
L'etat francais - et son (!!! - surtout pas le votre!) 'serviteur' - veut l'economie du marché. Les prix sont établis - miraculeusement - sur cet marché. Pas par l'etat, pas par le ministre. (Qui vous a promis qc d'autre et si oui, comment vous avez pu le croire?) Ils règlent seulement le fonctionnement de ce système. Voila "toute la suradministration et reglementation". C'est eux qui font les regles alors et il faut des regles dans une situation de competition (=marché) comme dans un jeu de foot... En plus, dans une competiton, il n'y aura jamais seulement des gagnants. Au contraire, il y a toujours quelques champions (les grands capitaux), quelques deuxiemes places etc etc jusque ca ne va plus bas. Quand les agriculteurs survivent grosso modo, quand alors la production de la nourriture de la nation est rassuré, eux ils ont fait leur office.
Si vous retrouvez des traces de sarcasme dans mes propos, c'est la realité qui est coupable, pas moi.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires