Hulot veut créer "un groupe de réflexion sur le bien-être animal"

Hulot veut créer "un groupe de réflexion sur le bien-être animal"

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, veut "créer un groupe de réflexion sur le bien-être animal" placé sous l'autorité " d'un philosophe et d'un parlementaire", a-t-il indiqué mercredi sur France Inter.

"C'est un sujet de société, il ne faut pas avoir peur de l'aborder", a-t-il jugé en disant son intention de "confier à un philosophe et un parlementaire un groupe de réflexion sur ce sujet". "Ca n'est pas opposer les humains aux animaux, c'est justement un indice de civilisation d'être capable de se poser des questions essentielles sur le bien-être animal", a-t-il estimé. Nicolas Hulot répondait à une question sur le maintien mardi soir par le Conseil d'Etat de l'interdiction de la reproduction des dauphins et des orques en captivité, contestée par trois parcs marins, dont le Marineland d'Antibes. "Je ne suis pas favorable à la captivité des animaux, pas favorable à l'idée qu'on fasse du spectacle avec cette activité-là", a commenté Nicolas Hulot. Il a dit attendre du futur groupe de réflexion qu'il tire "un certain nombre de conclusions". "Il faut le faire de manière délicate, il ne faut pas le faire de manière frontale, notamment avec le milieu de l'agriculture. C'est pas du tout eux qui sont visés", a-t-il assuré.   "Déjà, dans le code civil, on a légèrement amélioré le statut de l'animal mais ça n'est absolument pas suffisant", selon lui.  

"Pas satisfait"

En 2015, le code civil a été aligné sur les codes pénal et rural pour accorder aux animaux la qualité "d'êtres vivants doués de sensibilité", alors qu'ils étaient auparavant considérés comme des "biens meubles". Par ailleurs, Nicolas Hulot a indiqué qu'il n'était "pas satisfait" par l'arrêté autorisant l'abattage de 40 loups jusqu'à fin juin 2018, qu'il a cosigné avec le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert. "Il ne me satisfait pas parce qu'il ne règle rien. C'est bien pour ça que j'ai demandé qu'on engage une nouvelle concertation à l'automne qui redéfinira un plan sur quatre ans", a assuré Nicolas Hulot. Un nouveau plan pluriannuel de gestion du loup (2018-2022) a été promis pour janvier prochain, alors que depuis des années les pouvoirs publics échouent à concilier les demandes des éleveurs et les attentes des associations pro-loup.  

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 18

INVICTUS

La grande question c'est quand même qu'est ce que vient foutre un philosophe là dedans?? Elle est où l'objectivité là dedans?? on a assez d'incompétent à nous entourer et puis cela n'a rien de démocratique.
En tout cas la philosophie de M.Mulot c'est faite ce que je dis pas ce que je fais, en effet avec l'oréal, edf, total comme mécène pendant des années et un parc animalier(branféré) ou les animaux sont comme dans tous les zoos c'est à dire en captivités il ferait mieux de se la F.....

CHABLE362

Pour notre dame des landes, le soi-disant expert (gerard feldzer) est un anti aéroport et pote avec hulot, là ils n'ont qu'à piocher chez L214 ( un frederic lenoir ou un caron) pour leur caution pseudo philosophique en toute transparence bien sûr. ..
Au fait, ya pas une loi sur la transparence, la moralisation et autre confli d'intérêt? ?

Bazilou

D'accord avec LYCHEE279. Beaucoup de nos animaux et des animaux sauvages sont mieux considérés que de nombreux êtres humains. Sans parler des animaux dits sauvages qu'une poignée de farfelus s'évertue à réintroduire à coups de millions d'argent public, de procès et de contestations qui coûtent aussi un argent fou.
N'oublions pas qu'il y a encore des gens qui ne mangent pas à leur faim. Sinon ils nous le reprocheront un jour.

Panurge79

Mais bien sûr, l'agriculture n'est pas visée, l'élevage non plus!
On commence avec un grand philosophe charmant et ça finit par du concret bien dur, des réglementations à n'en plus finir, des montagnes de paperasseries et pour couronner le tout, des sanctions complètement disproportionnées sans compter l'inflation du dénigrement médiatique perpétuel de nos métiers.
On a beau aimé notre métier et nos animaux...
Dans quelle société merveilleuse nous vivons?

agri

De quoi se mêle M. Hulot!!! C'est plutôt du bien être des agriculteurs qu'il devrait s'occuper!!!
En 2 mois, mais quel massacre il fait, il cherche qu'à nous assassiner avec un grand appui de toute une sorte d'ONGs utopistes. Monsieur, on veut vivre dignement de notre métier que l'on aime; arrêtez de jeté le discrédit sur notre profession qui fait un travail remarquable pour avoir des produits d'une grande qualité même en conventionnel qui est surtout du raisonné!! Arrêté de détruire nos outils, les produits phytos ne sont pas utilisés par le plaisir mais par nécéssité; cela à un coût! Et le cheptel nous en prenons peut-être plus soin que certains animaux de compagnie dans les appartements parisiens!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier