Influenza aviaire : les producteurs transforment la DDCSPP du Gers « en poulailler »

Lise Monteillet

Influenza aviaire : les producteurs transforment la DDCSPP du Gers « en poulailler »
Une vidéo tournée cette nuit a été publiée sur Facebook.

« Nous voulons montrer au gouvernement qu’on n’est pas des clowns », s’exclame Lionel Candelon, coprésident de l’association « Les canards en colère ».

Dans la nuit de jeudi à vendredi, des producteurs de volailles ont manifesté leur désarroi en investissant les locaux de la DDCSPP* du Gers. Profitant d’une « fenêtre ouverte », ils ont pénétré à l’intérieur des bureaux et répandu au sol de la paille et des plumes. « On a transformé le bâtiment en poulailler », explique Lionel Candelon, co-président de l'association « Les Canards en colère ».

Ce dernier dénonce « de gros soucis de gestion de la grippe aviaire dans le Sud-ouest ». L’association réclame des aides pour toute la filière, y compris l’aval. Dans son entourage, Lionel Candelon compte une vingtaine de producteurs qui ne savent pas ce qu’ils vont devenir, faute de pouvoir investir dans la mise aux normes de leur exploitation. D’autres n’ont pas d’autre choix que de « travailler par intérim pour nourrir leur famille ».

L’association n’approuve pas les décisions prises par « les dirigeants des grandes coopératives », notamment l’idée de dédier des camions aux canards prêts à gaver et d’autres aux canards gras. « Ce n’est pas possible de demander cela aux entreprises qui sont déjà à bout de souffle, estime-t-il. On ne s’en sort plus ! » Il craint que les coopératives importent davantage de produits de Bulgarie, au détriment de la production locale. Le producteur voudrait que la solution du vaccin soit examinée par l’interprofession et l’État. « Des vétérinaires disent que cela marche », affirme-t-il.

L’association « Les canards en colère » se dit indépendante des syndicats agricoles. « Ils sont tellement occupés à se battre les uns contre les autres qu’ils n’ont pas vu ce qui se passe », regrette Lionel Candelon. La FNSEA tiendra pour sa part une conférence de presse, lundi prochain, dans le Gers. Quant à la Confédération paysanne, elle appelle à manifester dimanche 12 février à Toulouse, réclamant « la levée du confinement sur l'ensemble du territoire et l'adaptation des mesures de biosécurité aux élevages fermiers ». 

*Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier