[Innov-agri] Pâturage tournant dynamique : tout sauf la roue de la fortune

Raphaël LECOCQ & ASL

Produire autant de matière sèche qu’un maïs, pâturer toute l’année, économiser voire supprimer le concentré, améliorer les performances du troupeau et de l’exploitation : c’est la formule gagnante – à tous les coups - du pâturage tournant dynamique.

La technique consiste à faire pâturer les ruminants entre une demi-journée et trois jours grand maximum dans des paddocks délimités par des clôtures électriques. Les animaux broutent le limbe des graminées et seulement le limbe, autrement dit ce qui a le plus de valeur alimentaire, sans pénaliser leur capacité d’ingestion et sans entamer la capacité de repousse de l’herbe. Les fondements du pâturage tournant dynamique ont été posés par André Voisin il y a exactement 60 ans, dans son ouvrage « La productivité de l’herbe ». L’agronome français a inspiré tous les grands pays herbagers à travers le monde à l’exception... de la France, qui a misé sur le maïs, le soja, l’azote, la phosphore, le potassium. Les grandes lignes du pâturage tournant dynamique par Carole Mérienne, technicienne bovins viande à la Chambre d’agriculture de Haute-Garonne et à Elvea 31, l’association des éleveurs de Haute-Garonne.

Sur le même sujet

Commentaires 7

bleunuit31

bien entendu qu'il n'y a plus suffisamment d'herbe la majorité des éleveurs sont aussi céréaliers donc non plus fe terre a consacré aux pâturages les questions de pluie insuffisantes ne sont pas réelles si l'on peut arroser le mais gros consommateur d'eau pourquoi ne pas arroser un peu les prairies
je suis en tarn et garonne il a fait chaud cet été mais il y a de l'herbe en pagaille
mais il est vrai qu'il est plus facile d'avoir les vaches en stab que dans les prairies
revenont a un elevage naturel arretons la course a la productivité arretons d engraisser les laiteries et les banques et peu être que nous aurons nous et nos bêtes une bien meilleure vie
je sais c'est utopique mais bon on peu toujours rêver

AGERATE423

Le système est tout à fait viable
Il faut "simplement" adaptater et refondre en totalité le système existant
En tenant compte
du chargement (35 ares par UGB en pleine croissance de l'herbe, 70 ares en période estivale
de la surface pâturable disponible
Des surfaces de fauche dispo pour le foin ou enrubanné
C'est un système excellent mais qui nécessite une veille constante et pérenne
Je comprends aujourd'hui qu'au prix auquel sont payés les éleveurs cela puisse en décourager quelques UNS.
Le temps n'est pas rémunéré, seul le poids carcasse compte

FERME4122

A condition d,avoir de l,eau

Utopie

Mais enfin, Ann, un peu de bon sens et renseignez-vous ! à cette période de l'année, surtout cette année, de nombreux pâturages sont des paillassons comme dit Gib ! alors pour les repousses d'herbe, vous faites comment qd il ne pleut pas assez ?

gib

venez voir les paillassons que sont les prairies des zones qui n'ont pas vu de pluies significatives depuis près de 2 mois !
Vous nous expliquerez comment faire pour nourrir des vaches , laitières ou allaitantes, en léchant le sol..;

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier