L'élevage bovin s'enfonce dans la crise

INSTITUT DE L'ELEVAGE IDELE

L'élevage bovin s'enfonce dans la crise

Les difficultés du monde de l’élevage occupent le devant de la scène. La volatilité accrue des marchés, liée notamment à la fin des quotas laitiers, se répercute durement sur les éleveurs, avec des revenus en baisse et un endettement à la hausse. Pour faire face à cette situation, des leviers d'actions techniques et économiques existent. L’institut de l’élevage propose un dossier complet pour mieux comprendre cette crise, s’y adapter et y faire face.

Une crise européenne

Depuis bientôt un an, l’élevage bovin s’enfonce dans la crise. Cette crise se situe d’abord à un niveau européen avec l’abolition des quotas laitiers qui n’a pas tardé à entraîner une compétition intra-européenne : cheptel étoffé, afflux de lait, dégradation des marchés, chute du prix du lait... Quant à la filière viande, après avoir souffert de contraintes géopolitiques et de la sécheresse fin 2015, elle subit en 2016 les répercussions de la crise laitière, avec un afflux de réformes laitières qui devrait entraîner une hausse de la production européenne de viande bovine de 2% en 2016, après la hausse de 3% en 2015. De nombreuses exploitations sont fragilisées, en France comme ailleurs en Europe et en l’absence de régulation, rien ne laisse entrevoir à ce jour une inversion de tendance en 2016.

Adapter sa conduite technico-économique

Dans cette situation, l’Institut de l’Elevage a souhaité mettre en ligne un dossier pour donner des éléments de compréhension de la situation des marchés, mais aussi de donner des éléments d’adaptation pour aider les exploitations à traverser cette situation difficile.
En effet, pour sécuriser leurs revenus, les éleveurs doivent s’adapter et ajuster leurs stratégies techniques, économiques et pratiques à la situation du marché. Car cette crise des prix est aussi une crise des charges : elle touche le plus durement les éleveurs dont les couts de production sont les plus élevés, les récents investisseurs… Mieux vaut avoir un niveau d’intrants modéré, un cout d’alimentation et des apports de concentrés limités, pour ne pas produire à perte.

Des leviers sur le troupeau, l’alimentation, la traite

Plusieurs leviers existent, comme le montre la fiche « les éleveurs face à la crise laitière » : ajuster ses effectifs au plus près, raisonner ses charges, bien gérer sa trésorerie… Dans ce contexte de crise, il peut être pertinent d’ajuster sa production à la baisse. Un ensemble de leviers peut être actionné sur la conduite du troupeau, l’alimentation, la traite, comme l’a montré le programme Casdar "Flexi-sécurité", mis en place fin 2010 par l’Institut de l’Elevage en collaboration avec les Chambres d’agriculture et l’Inra.

Un dossier pour comprendre et avancer

Dans un avenir fait de fluctuations des marchés, il s’agira plus que jamais de définir ensemble les systèmes de production durables et rentables pour permettre aux éleveurs de bien vivre et résister aux aléas qui se multiplient.

Dans ce dossier, retrouvez tous les éléments d'explication de la crise et des outils pour agir.

Voir le dossier complet sur idele.fr

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires