L’engraissement des bovins allaitants, une action à mener dans le Puy-de-Dôme

CA 63 BOISSIER/BRUGIERE

L’engraissement des bovins allaitants, une action à mener dans le Puy-de-Dôme
Les élus étaient accompagnés par des techniciens de la Chambre d’agriculture 63, de l’EDE 63, de Socaviac-Feder, de Covido-Bovicoop

Une visite organisée en Haute-Vienne par la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, a conduit élus et techniciens d’organismes agricoles à analyser le projet engraissement de ce département.

L’engraissement des bovins allaitants, une action à mener dans le Puy-de-Dôme

Favoriser l'engraissement

Le président et les élus de la Chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, mettent en place des actions pour donner de la valeur ajoutée aux productions, en favorisant entre autre, l’engraissement dans les troupeaux allaitants.

Une raison pour laquelle une visite a été organisée, pour voir un département spécialiste en la matière.

En effet, en Haute-Vienne 75 % des éleveurs allaitants (99 % de vaches de race Limousine), font de l’engraissement, et affichent leur volonté d’en faire davantage.

L’engraissement des bovins allaitants, une action à mener dans le Puy-de-Dôme

Un grand projet sur l'engraissement

Accueillis chaleureusement par des responsables d’organismes agricoles, les participants ont écouté une présentation de ce département du Massif central, qui au point de vue élevage est proche du Puy-de-Dôme. On a parlé longuement engraissement, avec en fil rouge une donnée intéressante : au niveau de l’EBE un naisseur engraisseur obtient 100 € de plus qu’un naisseur.

Les responsables ont expliqué avoir un grand projet sur l’engraissement. Leur objectif à court et à moyen terme : avoir 20 bâtiments de 200 places en plus sur la Haute-Vienne, et poursuivre le développement des systèmes naisseurs-engraisseurs.

Tous sont tombés d’accord sur le fait que les conditions de réussite passent par :

  • la maîtrise technique et sanitaire,
  • des bâtiments adaptés,
  • un financement adéquat pour avoir des outils de production permettant l’allongement de la durée de production.

Visite d’un atelier d’engraissement collectif (Scea ECBV 87)

Il s’agit d’un bâtiment construit par 3 agriculteurs, et qu’ils conduisent en commun. Une collaboration qui leur permet d’éviter un temps de travail supplémentaire. Charge qu’ils devraient assurer s’ils conduisaient seuls un atelier d’engraissement. Ils engraissent tous les mâles et femelles (200 places), pour compléter des achats d’animaux extérieurs. Ils restent indépendants en ce qui concerne la conduite de leurs exploitations.

A noter que le prochain Cad Viande (Conseil agricole départemental),  permettra d’analyser et de définir des actions adaptées dans le Puy-de-Dôme, et portées par l’ensemble des structures.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier