L’inquiétude des exploitants gagne du terrain

S C

L’inquiétude des exploitants gagne du terrain
L' inquiétude pour l’avenir progresse également chez les éleveurs.

D’après le dernier baromètre Fnsea /Ifop, les finances des exploitations laitières mais aussi porcines et volailles se sont dégradées cet hiver. Ces mêmes agriculteurs ne sont guère optimistes pour le trimestre qui vient.

L’inquiétude des exploitants gagne du terrain

La part des exploitations ayant vu leur situation économique se détériorer continue d’augmenter, d'après les conclusions du "baromètre de conjoncture agricole (1)" diffusé par la Fnsea, en partenariat avec l’Ifop. En effet, si l’hiver s’est déroulé dans un contexte de situation financière stable pour 64% des exploitations, près de 30% des exploitants interrogés ont constaté une détérioration de leurs finances soit 5% de plus qu’à l’automne 2012. Une détérioration constante depuis juin 2012 (+ 8 points).

Sans surprise, les pics de « détérioration » concernent surtout les exploitations en bovins lait (42%) mais aussi en horticulture (43%), en porcins et volailles (40%). Ce sont les régions  Bretagne (52%), Auvergne, et Limousin (33%) qui semblent le plus touchées.

A contrario, les résultats les plus encourageants concernent les exploitations en grandes cultures, en viticulture, celles de plus de 100 ha et les régions Bourgogne, Franche Comté, Centre, Pays de la Loire et en Rhône Alpes

L’inquiétude des exploitants gagne du terrain

Les Bretons sont les plus pessimistes

Autre constat de ce baromètre : l’inquiétude pour l’avenir progresse également chez les agriculteurs, même s’ils sont encore 66% à envisager une stabilisation de leur situation financière pour les trois prochains mois. Globalement, 22% des exploitants interrogés anticipent une détérioration de leur situation financière. Les exploitants de Bretagne, de la Champagne à l’Alsace, de Bourgogne, Franche Comté, Centre et de Midi Pyrénées, manifestent des prévisions négatives au contraire des exploitants de Rhône Alpes et d’Aquitaine, Poitou Charente relativement optimistes sur l’évolution de leur situation financière à court terme.

Plus d’un tiers affirment avoir récemment connu des difficultés importantes et ils sont désormais 4% à envisager de cesser leur activité à cause de difficultés financières trop lourdes.

A noter que les agriculteurs les plus optimistes, en tenant compte du contexte politique, social et économique actuel, sont les horticulteurs, maraîchers et arboriculteurs, et les exploitants de la région Rhône-Alpes. A l’inverse, les éleveurs de bovins lait et les exploitants bretons se montrent les plus pessimiste.

(1) L’étude a été réalisée, du 7 au 15 mars 2012, sur un échantillon de 1.505 exploitants agricoles, représentatif des exploitations agricoles professionnelles françaises.

Sur le même sujet

Commentaires 2

yatilu

suite aune mauvaise gerence de notre cooperative nous avons une baisse du prix du lait de 30 euros par 1000 l par rapport a 2011 soit 390euros /1000l(lait aoc comté) une honte et un decouragement de traire les vaches

gara

ayant travailler des années auprès des exploitants laitiers et étant issue d'une famille en élevage bovins viande j'ai pu découvrir les contraintes de ce que vivait un éleveur laitier et franchement bravo à vous tous et tenait bon!!!! il faudrait enfin que l'on arrete de vous prendre pour des imbéciles et vous payer votre production à sa juste valeur aujourd'hui c ést inadmissible de voir que le prix du lait soit si bas avec les charges que l'ensemble de la profession subit.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier