La commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs veut aller "au delà" des mesures de Le Foll

La commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs veut aller "au delà" des mesures de Le Foll

Les mesures sur les abattoirs figurant dans le plan sur le bien être animal du ministre de l'Agriculture sont "une contribution utile", mais la commission d'enquête parlementaire "sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français" a vocation à aller au delà, selon son initiateur.

Le plan de M. Le Foll "est une contribution utile mais nous avons vocation à aller au delà. Il y a beaucoup de sujets que je n'ai pas vu traités dans le plan du ministre, ce qui est tout à fait légitime, et sur lesquels nous investiguerons", a déclaré l'initiateur de cette commission d'enquête, le député Olivier Falorni (groupe des radicaux de gauche) lors d'une conférence de presse. Le ministre de l'Agriculture a annoncé mardi un plan en faveur du bien-être animal, qui se concentre surtout sur les abattoirs et crée pour leurs directeurs un délit de maltraitance envers les animaux. Le travail de la commission "ne va pas à l'encontre des mesures qui peuvent être prises par ailleurs par des acteurs de la filière. Il y a à mon avis une nécessité de convergence et de cohérence mais il n'y a pas de subordination", a pour sa part expliqué le député socialiste Jean-Yves Caullet, rapporteur de la commission. 

Stigmatisation

"Nous recevrons le ministre de l'Agriculture, fin avril début mai, pour faire le point sur le rapport d'inspection d'un mois qu'il a diligenté dans les abattoirs et pour échanger avec lui sur les 20 points de son plan", a ajouté M. Falorni. M. Caullet a notamment indiqué que la commission enquêtera sur le bien être animal lors du transport du bétail ou de l'abattage rituel, "sans stigmatisation", qu'il soit casher ou hallal. Il veut également vérifier si "la pression économique qui existe sur la filière a ou n'a pas de conséquences sur le respect de la règle". La commission d'enquête parlementaire a été créée en réponse aux scandales révélés par les vidéos de l'association L214 tournées dans des abattoirs.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier