La Confédération paysanne appelle François Hollande à "changer le cap de l'agriculture"

La Confédération paysanne appelle François Hollande à "changer le cap de l'agriculture"

La Confédération paysanne appelle François Hollande à "changer le cap de l'agriculture" lors d'un entretien à l'Elysée, a déclaré le porte-parole du troisième syndicat agricole français Laurent Pinatel sur le perron du palais présidentiel.

Face au chef de l'Etat, cette organisation classée à gauche a ainsi appelé à "redistribuer les soutiens publics" pour "subventionner une agriculture de produits haut de gamme préservant l'emploi plutôt qu'une agriculture forcée à faire du volume pour aller sur le marché mondial", a déclaré M. Pinatel à la presse.

"On ne voudrait surtout pas que soit annoncé la semaine prochaine un coup d'accélérateur sur l'industrialisation de l'agriculture avec, à côté, une agriculture de niche qui serait la vitrine", a-t-il insisté alors que l'exécutif doit divulguer une série de mesures le 3 septembre pour tenter de sortir de la crise agricole et de l'élevage.

Pour la Confédération paysanne, il s'agit de "s'inspirer des systèmes agricoles qui ne sont pas en crise et qui résistent avec très peu de soutiens publics", un discours qui selon son porte-parole, a été accueilli par une "écoute assez attentive du président".

"La balle est maintenant dans le camp de François Hollande et de Stéphane Le Foll", le ministre de l'Agriculture également présent lors de l'entretien à l'Elysée, a-t-il souligné, relevant que "les mesures qu'ils annonceront seront significatives de leur état d'esprit et de leur vision de l'agriculture".

La Confédération paysanne ne défilera  pas avec la FNSEA à Paris le 3 septembre. Mais des "actions pédagogiques" seront envisagées dans la perspective du conseil européen des ministres de l'agriculture qui doit se réunir le 7 septembre à Bruxelles. Ces actions débuteraient "dès ce week-end" pour converger vers la capitale européenne.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 11

a

@common, la France c'est pas toujours les Français :) c'est parfois juste Paris intramuros , on a vu dernièrement ce qu'on pensait des Grecs qui font des référendums.
Pour nos élites on est trop sot pour comprendre, il faut nous ménager, c'est eux qui ont du courage, rendez vous compte, il risque leurs mandats alors que nous on risque quoi? nos fermes... Allons, allons, cessons de faire les enfants, cela n'existe plus les paysans, nourrir les gens en étant indépendant ce n'est pas l'avenir...
L'avenir ce n'est plus le progrès, c'est le changement, alors changeons de pays, de métier, de voiture...

common

@ a
Tu decris la France comme victime de l'Europe? Elle etait pas avec l'Allemagne le plus important fondateur?
Je suis completement d'accord avec toi: l'EU, c'est un projet imperialiste (contre les Etats-Unis d'ailleur). Ca fait de la France quoi comme promoteur eminent de l'Europe?

dede

la situation de l elevage est tres difficile on passe des heures et des heures a travailler pour rien et on est toujours montre du doigt je n ai aucune confiance a quelque syndicat que ce soit

dede

la situation de l elevage est tres difficile on passe des heures et des heures a travailler pour rien et on est toujours montre du doigt je n ai aucune confiance a quelque syndicat que ce soit

a

La politique de la chaise vide, puis-qu’avec la CECA (communauté du charbon et de l'acier, près CEE, prés UE), la France perdait ces mines et les entre prises liés à celle-ci (étant moins productive que la Belgique et l'Allemagne), De Gaulle ne participa plus aux réunions.
Pour clore le dilemme il fît une proposition, la PAC de 62, en contre partie de nos pertes sur le secteur minier, la France aurait l'agriculture comme secteur clef.
Regarder le développement de la production porcine Allemande et laitière (en y ajoutant le Danemark et les Pays-Bas qui rattrape son retard), la stratégie c'est le Blitzkrieg, on casse le marché de l'élevage (Français, Espagnol, Italien), sans remord. Il faut pas rêver un agrandissement il faut le rembourser, les Allemands ne sont pas magiciens (ils seront rentable à la fin de l'emprunt) et non pas scrupule sur la main d’œuvre (tête de Turc).
Quand on a la Ruhr on est censé en laisser aux autres, surtout si on a la même monnaie.
Résultat les jeunes qualifiés venant d'Espagne, d'Italie et de Grèce (dont les études ont étés payés par ces pays, justement pour son développement) vont payer les retraites Allemandes (et non celle des Grecs, Italiens ou espagnols).
C'est une guerre économique pour concentrer le capital Européen sur un seul pays.
Question, quand arrêterons nous de nous assoir?
(pas seulement pour la France, mais aussi les pays latins, qui sont moins productifs que les pays du Nord)

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires