La transhumance entre vallée du Lot et volcan cantalien

Renaud Saint-André

La transhumance entre vallée du Lot et volcan cantalien

Trois mille repas servis l’an dernier sur le parcours ; encore 1 000 brebis suivies par des centaines de marcheurs en 16 étapes ; le passage de la transhumance va animer les territoires.

Et de trois !

Une nouvelle fois, un millier de brebis vont parcourir quelque 180 km pour trouver sur les pentes du Lioran de l’herbe tendre et fraîche durant tout l’été. Une transhumance qui intéresse onze éleveurs et des centaines de marcheurs qui suivront derrière le troupeau chacune des16 étapes, depuis le départ d’Espédaillac (Lot), demain jeudi29 mai. Le conseil général du Cantal, propriétaire des estives de la station du Lioran, y voit l’opportunité à la fois de perpétuer la tradition pastorale, tout en assurant l’entretien des pistes de ski de manière écologique (et de fait, de lutter contre les risques d’avalanche). Cantal destination, à qui revient la promotion touristique du département, se félicite d’une manifestation qui engendre l’enthousiasme et des fêtes locales,partout où elle passe. 

Union de marcheurs, éleveurs, collectivités... 

Philippe Fabre, conseiller général de lavallée de la Jordanne et maire de Mandailles-Saint-Julien, estprésident de l’association organisatrice. Il se réjouit du biland es deux précédentes éditions : “Elles ont donné satisfaction à la fois aux éleveurs, par la qualité des fourrages et celle des agneaux qui sont nés dans la foulée ; aux marcheurs, qui étaient en moyenne 150 par jour à suivre le troupeau et jusqu’à400 pour la dernière étape ; aux bénévoles et partenaires,fiers du succès populaire de cette manifestation.” Philippe Fabre remarque en outre que, naturellement mais de manière informelle, se crée une passerelle et des liens entre deux départements, deux régions... Sur l’ensemble du parcours (voir ci-dessous), il présente la traversée de Figeac comme un des premiers temps forts de cette édition. “Avec ce qui devrait êtrele prémice d’un festival de musiques traditionnelles”, confiel’organisateur, en contact avec Guy Brun, muséographe et présidentdu Centre départemental des musiques et danses traditionnelles. 

Des moutons dans la ville

L’arrivée à Boisset - commune de Châtaigneraie où s’est tenue il y a trois ans l’assemblée générale constitutive - est un autre rendez-vous important :c’est ici que les premières brebis du Cantal rejoindront vendredi6 juin celles du Lot, formant un plus gros troupeau. Le lendemain, le comité d’animation boissétois a prévu une journée de fête, à l’occasion d’un temps de repos.  La traversée d’Aurillac et son pique-nique sur les berges de la Jordanne, mardi10 et l’arrivée au Lioran dimanche 15 juin - après le bivouac de Rombière - s’annoncent aussi comme de grands moments, avant de plonger dans le calme et durant trois mois, le berger et ses1 000 brebis.

Plus d'infos à lire cette semaine dansL'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusionréservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier