La Turquie : le nouvel eldorado de la viande bovine !

S C

La Turquie : le nouvel eldorado de la viande bovine !
les races françaises ont une carte à jouer à l'exportation (SC).

Après le Liban, la Turquie est devenue, en quelques années, une destination phare pour les exportateurs de viande et de bovins vivants. L'Algérie mais aussi le Maroc ou la Tunisie représentent également de nouveaux débouchés pour les producteurs français.

Le Sommet de l’élevage a été l’occasion de le dire et de le répéter : la France est LE leader des exportations européennes d'animaux vivants destinés à la boucherie avec 37% de part de marché !  En 2011, 220.489 bêtes ont ainsi été vendues à l’export dont la moitié  hors de l’UE. La filière se place aussi n° 4 européen pour les exportations de reproducteurs (11% de part de marché avec 52.000 bêtes) et n°3 pour celles de bétail pour engraissement (11%, avec plus d'un million d'animaux vendus à l’étranger, en grande partie vers l’Italie).

Et la demande des pays tiers, notamment ceux du bassin méditerranéen est grandissante, c’est ce qu’a démontré, chiffres à l’appui, Yves Trégaro de FranceAgriMer à l’occasion des rencontres France/Méditerranée organisées par France Terre Élevage et FranceAgriMer.  

En méditerranée, le Liban reste le plus grand pays  importateur avec 350.000 animaux vivants importés en 2011. La France a su prendre une bonne place sur ce marché puisqu’elle livrait chaque mois  40.000 à 60.000 bovins mâles finis dans ce pays. Depuis quelques années, ces exportations sont en net recul du fait de  l’envolée de la demande turque.  

12 à 18.000 bovins mâles finis/mois vers la Turquie

Le gouvernement turc a en effet décidé en octobre 2010 d’abaisser les droits de douane, jusqu’alors prohibitifs, sur la viande bovine et les bovins vivants. Depuis, la Turquie est devenue le nouvel eldorado pour les exportateurs de viande et de bovins. Ce pays, qui n'importait aucune tête de bétail en 2009, en a fait rentrer 450.000 l’an passé ! Des exportations tournées essentiellement vers des animaux de boucherie. La France, à elle seule, expédie 12 à 18.000 bovins mâles finis/mois vers la Turquie.

Du fait de nouvelles politiques gouvernementales, l’Algérie, la Tunisie ou le Maroc ont également augmenté leurs importations de bovins. Là encore, les races françaises ont une carte à jouer du fait de leur bonne adaptabilité mais aussi de leur implantation historique dans ces pays. L’Algérie représente notamment un marché diversifié avec une demande pour des génisses amouillantes. Sur les 15.386 animaux importés en 2011 dans le pays, 97% étaient issus de la France.

«Ce sont toutefois des marchés compliqués, où les politiques des états pèsent fortement sur les échanges, de même que les évolutions de taux de change ou encore les statuts sanitaires » prévient l’Institut de l’élevage dans sa dernière publication : « Le Sud et l’Est de la méditerranée ont faim de viande bovine !".

 

 

 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier