Le gouvernement rassure la profession du foie gras face aux anti-gavage

Le gouvernement rassure la profession du foie gras face aux anti-gavage

Le ministre délégué à l'agroalimentaire, Guillaume Garot, est venu dans le Gers pour assurer aux professionnels du foie gras un soutien du gouvernement face à la guerre engagée dans le monde anglo-saxon par les lobbys anti-gavage au nom du bien-être animal.

Face à la loi californienne interdisant depuis le 1er juillet la production et la vente de foie gras, le ministre a exclu un recours devant l'OMC mais a promis à l'interprofession une bataille "politique économique et culturelle" après ce "signal d'alerte" pour convaincre des bienfaits du foie gras et gagner des marchés à l'exportation.

M. Garot a consacré toute sa journée à cette oeuvre de réconfort et de promotion des professionnels en commençant par la visite d'une usine de transformation de foie gras à Samatan. Il a ensuite réuni élus et représentants de la filière à la préfecture d'Auch.

Privilégier un travail de conviction

A Auch, le ministre a d'emblée indiqué aux défenseurs du foie gras que la lutte judiciaire n'aurait pas de sens contre la loi californienne.  "Déposer un recours devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ne serait pas la bonne solution, on risquerait de le perdre et d'avoir des mesures de rétorsion", a déclaré M. Garot.

La France représentant près de 90% de la production et de la consommation mondiale, il serait illusoire de "faire valoir un préjudice" dû à l'interdiction californienne: "Ce serait se tirer une balle dans le pied" a-t-il déclaré.

Face aux lobbys anti-foie gras et anti-viande "extrêmement puissants aux USA et dans le monde anglo-saxon", M. Garot privilégie un travail de "conviction".

"Nous devons d'abord convaincre nos amis américains qu'ils font fausse route et éviter une contagion à tous les Etats-Unis", a déclaré M. Garot en annonçant une prochaine rencontre avec l'ambassadeur américain.

Le ministre a souhaité une action de promotion similaire dans l'Union européenne et a précisé qu'il participerait le 16 octobre à une "exposition pédagogique" organisée à Bruxelles au Parlement Européen.

Il a aussi promis de faire rapidement "un inventaire des barrières sanitaires à l'exportation" et a indiqué qu'il aiderait la filière, forte de 35.000 emplois, "à gagner des marchés d'exportation".

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires