« Le sanitaire… j’adhère ! » au Lycée Agricole d’Ahun

Marien BATAILLE et Dr Didier GUERIN

« Le sanitaire… j’adhère ! » au Lycée Agricole d’Ahun

Journées biosécurité => Dans le cadre du partenariat Lycée Agricole d’Ahun-GDS Creuse, deux journées sur le thème de la biosécurité en élevage se sont déroulées au Lycée Agricole d’Ahun les 24 et 25 avril dernier.

La santé (de l’animal ou du troupeau) résulte de l’équilibre fragile entre le statut immunitaire (anticorps) et la pression infectieuse (germes). Les agents déterminants sont les virus, bactéries ou parasites. Les facteurs favorisants se classent en 5 domaines de risque. La lutte ou la prévention durable vis à vis d’une maladie demande la recherche des facteurs de risque propres à votre troupeau puis leur correction par des mesures sanitaires et éventuellement médicales (vaccination, chimioprévention…).

Organisée en partenariat avec GDS Creuse et la Chambre d'Agriculture de la Creuse, cette sensibilisation a concerné plus de 200 apprenants du Lycée Agricole.

Une nécessaire adaptation de nos pratiques

Le monde de l’élevage a connu et connaît de profonds changements, tant en matière d’évolution des effectifs que d’environnement sociétal, réglementaire et technico-économique. Les crises sanitaires, les attentes des consommateurs vis à vis de la sécurité alimentaire et du respect de l’environnement, les récentes mises en cause de l’utilisation du médicament vétérinaire, notamment vis à vis de l’antibiorésistance… nous imposent d’adapter nos pratiques pour associer impératifs techniques, rentabilité économique et attentes sociétales.

« Le sanitaire… j’adhère ! » pour un bien-être animal amélioré

Une zone et un troupeau sain, ce sont des résultats économiques renforcés, un bien-être animal amélioré, des pathologies et, ainsi, des utilisations de médicaments diminuées. Mettre en œuvre le concept « Le sanitaire… j’adhère ! » dans votre élevage, c’est répondre de manière synergique à nos besoins internes (techniques et économiques) et externes (besoins commerciaux, attentes sociétales). Il associe bilan, analyse, apport de garanties, protection avec les outils disponibles, notamment la « boîte à outils GDS Creuse » développée et mise à disposition en relation avec les vétérinaires, le laboratoire départemental, le service santé animale de la DDCSPP. Il participe au renforcement de notre coopération pour un troupeau sain, sûr et rentable. Cela demande une implication particulière de l’éleveur et de son vétérinaire dans cette démarche. Les résultats sont patents… pourtant la marge de progression reste encore conséquente d’où l’impérieuse nécessité d’intervenir dès la formation de nos futurs éleveurs ou techniciens !

« Le sanitaire… j’adhère ! » au Lycée Agricole d’Ahun avec des résultats probants

A l’initiative de Laurent Rougier, Directeur de l’Exploitation, cette démarche est effective depuis février 2014 en relation avec le Cabinet Vétérinaire d’Ahun et l’implication d’Éric Vivion en charge du suivi des troupeaux bovins. Cette action a été initiée du fait de la présence de problématiques de reproduction pour les ateliers bovins laitier et allaitant et de pathologies néonatales pour l’atelier laitier. Le suivi de la méthodologie et l’implication de chacun a permis d’obtenir des résultats probants. Ainsi, les apprenants, accompagnés de leurs enseignants, ont pu découvrir les différents outils d’aide au diagnostic mis en place au niveau de l’exploitation du lycée et les résultats obtenus.

La biosécurité est l’ensemble des mesures destinées à protéger une population animale, l’homme et l’environnement des agents infectieux transmissibles. Elle comprend les infrastructures, les techniques, les pratiques d’hygiène avec une triple finalité : santé animale, sécurité sanitaire des aliments et santé humaine notamment la vôtre en tant qu’éleveurs. Elle peut se décomposer en 5 axes : faire que le pathogène ne rentre pas dans un troupeau, ne circule pas dans un troupeau, ne sorte pas d’un troupeau, n’infecte pas l’homme et ne persiste pas dans l’environnement.

Une présentation aux apprenants en deux phases, en débutant par la démarche « Le sanitaire… j’adhère ! »…

En salle, Didier Guérin, directeur de GDS Creuse, a présenté ce qu’est la biosécurité (cf. illustration), base de notre concept « Le sanitaire… j’adhère ! » composé de 4 étapes : faire votre bilan reproduction et sanitaire afin de connaître le niveau d’équilibre ou de déséquilibre de votre cheptel et identifier la priorité sanitaire, mettre en place une analyse pour identifier les facteurs déterminants et favorisants propres à votre troupeau, apporter des garanties dans un cadre collectif avec ses spécificités liées au profil de votre exploitation, éviter l’introduction de nouvelles maladies avec des notions de biosécurité et les apports de la « boîte à outils » GDS Creuse. Les apprenants ont pu ainsi tester leurs connaissances grâce à des boitiers interactifs leur permettant de s’impliquer dans le déroulement de la présentation.

… suivi d’un état des lieux de la démarche « Le sanitaire… j’adhère ! » dans les ateliers bovins du Lycée Agricole d’Ahun

Dans la stabulation vaches allaitantes, 3 ateliers ont été proposés à partir des résultats de l’application du concept « Le sanitaire… j’adhère ! » au sein de l’exploitation du lycée.

Boris Boubet, vétérinaire conseil à GDS Creuse, est intervenu sur la santé du veau avec, d’une part, la mesure de la qualité du colostrum, son lien avec le capital immunitaire du veau et, d’autre part, la dynamique de contamination en lien avec la pression infectieuse. Il a présenté les résultats du plan d’action pour les veaux laitiers avec un passage du taux de mortalité de 17 à 3 % de 2013 à 2017 et du taux de veaux malades de 48 % en 2013 à 15 % en 2015 avec une remontée de ce taux de veaux malades en 2016 et 2017 liée essentiellement à la difficulté de la gestion du capital immunitaire en élevage laitier.

Marien Bataille, technicien à GDS Creuse, a sensibilisé les élèves sur la gestion du parasitisme avec la présentation de plusieurs parasites et des outils de dépistage. Le kit parasitisme a été appliqué sur les ateliers laitiers et allaitants tant au niveau des adultes (résultats sérologiques négatifs pour la grande douve et analyses de fèces montrant une faible infestation en paramphistomes) que des génisses de 1ère et 2ème années (pas d’œufs de strongles dans les analyses de fèces mais des dosages de pepsinogène montrant une charge parasitaire élevée). Cela a montré l’intérêt du kit analytique pour l’adaptation annuelle du plan antiparasitaire.

Renaud Selles, conseiller bâtiment de la Chambre d’Agriculture, a présenté les bases d’un bâtiment d’élevage et détaillé les principes d’un « diagnostic bâtiment » avec, notamment, la démonstration avec des fumigènes.

Un plan d’action qui se poursuit

Le plan d’action d’application de cette démarche « Le sanitaire… j’adhère ! » se poursuit avec une implication plus importante des apprenants et du corps enseignant du Lycée dans la démarche avec une utilisation des supports (affiches « Le sanitaire… j’adhère ! » et « biosécurité », GDS Creuse Mémo…) accompagné d’un affichage plus détaillé de la méthode et de ses résultats.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires