Leclerc et Intermarché réaffirment leur soutien aux agriculteurs

Leclerc et Intermarché réaffirment leur soutien aux agriculteurs

Le groupement de distributeurs indépendants E.Leclerc et I'enseigne Intermarché ont réaffirmé lundi leur soutien aux producteurs, quelques jours après une réunion au ministère et alors que la colère du monde paysant ne redescend pas.

E. Leclerc a indiqué notamment être favorable à un fonds d'entraide ou à une revalorisation des prix, après que plusieurs enseignes du groupe ont été la cible de la colère d'agriculteurs ce weekend. Lundi encore, des agriculteurs ont perturbé voire bloqué la circulation en Bretagne et en Normandie mais se sont aussi attaqués à des plateformes logistiques de plusieurs distributeurs en France, maintenant la pression au moment où se tient à Bruxelles un Conseil européen sur le sujet.

Dans un communiqué, E. Leclerc rappelle avoir participé à toutes les réunions de travail sur la crise agricole auxquelles il est convié, et "avoir déjà donné son accord de principe à des mesures de soutien". Sur le porc, Leclerc se déclare en faveur de la "constitution d'un fonds d'entraide abondé par l'ensemble des professionnels du secteur, sous la seule réserve que le schéma soit validé par les autorités en charge de la concurrence". De la même manière, "E. Leclerc ne s'opposera pas à un prix du lait supérieur au prix du marché, qui pourrait être fixé par l'Etat ou par l'interprofession, mais dans un cadre forcément agréé par les autorités de la concurrence", ajoute le communiqué.  

Equitable

Leclerc comme le groupemement Intermarché ont également annoncé être prêt à signer la Charte laitière de valeurs proposée par la Fédération Nationale des Producteurs, s'engageant ainsi "à partager équitablement les risques de volatilité des prix en cherchant des moyens de limiter leurs fluctuations" et à mieux informer les consommateurs. Intermarché et son pôle alimentaire Agromousquetaires signalent également avoir déjà signé des contrats pluriannuels avec 500 producteurs laitiers permettant de "rémunérer les éleveurs 4 à 6% de plus que les coopératives laitières". Leclerc indique de son côté avoir soutenu les achats ces derniers mois, aussi bien sur le porc que sur le lait, augmentant ses prix mais aussi ses volumes de commandes. Il souhaite toutefois que cette revalorisation puisse profiter directement aux producteurs, rappelant qu'en 2015, l'enseigne avait déjà remonté ses prix d'achat aux industriels, sans que les agriculteurs ne semblent en bénéficier en bout de chaine.

Sur la viande bovine, E. Leclerc fait ainsi savoir que depuis le 17 juin, il a acheté "plus cher que le marché, avec une hausse de 52 centimes/kg versée aux industriels". Il a ensuite constaté "que le surplus qu'il a payé (...) n'est pas durablement redescendu dans les exploitations". Vendredi, le gouvernement a demandé aux enseignes, aux industriels et aux producteurs de faire des propositions concrètes et communes pour réformer le cadre des relations commerciales et empêcher de nouvelles baisses de rémunérations aux agriculteurs en 2016.

Sur le même sujet

Commentaires 15

beberino

quelle honte fau cramer toute ces grosses centrale d achat et repartir de la base
quand les prédateurs devienne trop nuisible fau les detruir!!!

Alex

Merci à PleinChamps pour la diffusion brute de décoffrage de la propagande Leclerc et Inter.
Maintenant il faut arrêter d'aller acheter notre bouffe chez eux, à commencer par nous les paysans. Les circuits d'approvisionnement en nourriture doivent changer si on veut sortir durablement les agriculteurs de cette crise.
Haro sur la Grande Distribution.

pickle

Leclerc soutient quoi??? je vends des salades bio a ma coopérative a 50 cts piece, elles en ressortent emballées a 75 cts piece, et on les retrouve dans les rayons du Leclerc a... 1,95E! Pareil pour la mâche qui passent de 5 euros le kilo au producteur a 22,50 euros le kilo en rayon. Et ils osent imprimer leur soutien au producteur sur leurs tickets..

dob

Les grandes entreprises sont maintenant plus puissantes que les états, c'est la loi du marché...
Bon courage.

skippy

Les distributeurs doivent aussi faire pression sur Bigard et Lactalis. On ne met en rayon que des entreprises qui montrent leurs chiffres. On saura alors qui nous vole. C'est la loi en plus...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires