Les abattages de trois loups en Savoie en 2015 jugés illégaux

Les abattages de trois loups en Savoie en 2015 jugés illégaux

Les abattages successifs de trois loups en Savoie à l'automne 2015 ont été jugés illégaux par le tribunal administratif de Grenoble, a-t-on appris lundi par une association de protection de l'environnement.

Dans son jugement en date du 12 octobre, que l'AFP a consulté, le tribunal rappelle que les "tirs de prélèvements renforcés peuvent être autorisés s'il est constaté des dommages importants et récurrents d'une année à l'autre dans les élevages ayant mis en oeuvre les tirs de défense". En effet, "il existe des moyens de protection des troupeaux ainsi qu'une gradation des tirs que les préfets peuvent autoriser. Ces tirs ne visent à tuer des loups, espèce protégée, qu'en dernier recours", souligne l'Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) dans un communiqué.  

Le tribunal annule un arrêté de la préfecture de Savoie du 10 septembre 2015 qui autorisait l'abattage dans les six mois de six loups sur les zones dites de Belledonne, de Maurienne et du Thabor. Cette décision juge a posteriori illégaux les prélèvements d'"un mâle adulte le 17 octobre 2015 à Saint-Colomban-des-Villards, un jeune mâle le lendemain à Saint-André en Maurienne et un louveteau le 5 décembre à Valmeinier", détaille l'association. L'Etat devra par ailleurs verser à trois associations pro-loup - Aspas, One Voice et Ferus - 1.200 euros au total et 1.200 euros à quatre autres associations de protection de l'environnement.  

En juillet, la justice avait déjà jugé illégal l'abattage d'une louve dans la Drôme en 2015. Ces dernières semaines, les éleveurs ont manifesté leur inquiétude face au futur plan loup du gouvernement qui entend privilégier les tirs d'effarouchement à l'abattage. Le dernier arrêté en vigueur permet l'abattage de 40 loups entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018. A la fin de l'été, période la plus dangereuse avec les brebis en pâturage, 22 loups avaient été "prélevés". En 2016, plus de 10.000 ovins ont été tués, face à une population de loups en constante augmentation depuis son retour en France par l'Italie au début des années 90 (360 loups, soit +22% en un an).

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

aplomb

Et les éviscérations, égorgements et autres massacres causés par le loup comment le tribunal administratifs les jugent-ils ?
Certainement pas à 1200 € la brebis, mais allons-y la justice remplie le portefeuille d'association extrémiste de la cause animale sans que personnes ne trouve à y redire

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier