Les agriculteurs argentins en grève nationale pour une semaine

Les agriculteurs argentins en grève nationale pour une semaine
C'est la commercialisation des bovins qui est le plus touché par la grève.

Les principales fédérations d'agriculteurs argentines ont lancé un appel national à une grève des agriculteurs d'une semaine à partir de mercredi, annonce Eduardo Buzzi, responsable de la Fédération Agricole, l'une des quatre organisations du secteur qui participent au mouvement.

La  grève s’est déclarée il y a quatre jours dans la province de Buenos Aires pour protester contre une hausse des impôts. Elle s'étend ainsi au reste du pays et notamment au port de Rosario (310 km au nord de Buenos Aires), qui concentre 80% des exportations argentines de soja et de céréales, dans la province de Santa Fe.

"C'est au marché aux bovins (dans le quartier de Liniers de la capitale argentine), qui reçoit quotidiennement 2.000 têtes de bétail, que l'impact est le plus fort", a déclaré Cristian Roca, secrétaire de la Fédération Agricole Argentine, l'une des quatre organisations qui ont appelé à la grève. Lundi, au troisième jour d'une grève de neuf jours, seules 571 têtes de bétail avaient été enregistrées à la vente au marché de Liniers, soit une baisse de trois quarts de son niveau d'activité habituel, selon la Fédération Agricole Argentine.

Le Marché de Liniers, l'un des piliers économiques du pays des mangeurs de viande, représente 80% du volume total des abattoirs du pays. L'Argentine compte environ 50 millions de têtes de bétail pour 40 millions d'habitants. Beaucoup de camions n'ont pu atteindre le marché à cause des piquets de grève des producteurs sur de nombreuses routes.

Une grève des agriculteurs de tout le pays avait provoqué une crise sans précédent en 2008 pour la présidente Cristina Kirchner, dont le parti avait ensuite perdu les élections législatives de 2009. Mme Kirchner avait ensuite redressé la situation, étant réélue à la présidence en octobre 2011 avec 54,11% des voix.

Source afp

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier