Les associations de consommateurs craignent une hausse des prix alimentaires

Les produits à base de céréales pourraient notamment voir leur prix grimper (DR)

Après l'envolée des cours des céréales sur les marchés internationaux, les associations de consommateurs craignent une hausse des prix des produits alimentaires dans les supermarchés.

Cantonnée pour l'instant aux salles de marché, la hausse du prix des céréales  pourrait toucher les rayons des magasins d'ici quelques mois, préviennent les associations de consommateurs.

"A la fin de l'été 2007 (date de la précédente flambée du prix des céréales. Ndlr) , on a mis en place un observatoire des prix et on n'a pu observer l'effet dans les rayons qu'à partir de janvier 2008", indique Marie-Jeanne Husset de 60 millions de consommateurs, qui rappelle que les prix de l'alimentaire ont déjà augmenté de 3% cette année.

Il y a toujours un laps de temps de plusieurs mois entre une augmentation durable des prix des matières premières et une éventuelle répercussion sur les prix alimentaires.  "S'il devait y avoir une hausse à long terme, on essaierait d'en limiter la répercussion (..) pour qu'il n'y ait pas d'impact sur les volumes consommés », rassure Mathieu Pecqueur, chargé des questions agricoles auprès de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD). Une hausse de 1% du prix de la viande se traduirait en effet par une baisse des ventes.

Une hausse inéluctable pour l’industrie agroalimentaire

Pourtant, l'industrie agroalimentaire juge la hausse "inéluctable".  "La grande distribution va arbitrer entre ses propres marges et le prix proposé au consommateur. A part pour quelques chaînes comme Leclerc et Intermarché, le terrain n'est pas favorable au secteur", estime Jean-René Buisson, président de l'association nationale des industries agroalimentaires (ANIA), "tout concourt à une répercussion partielle des hausses au consommateur".

"Tous les produits à base de céréales, ainsi que la viande, seront impactés par ces augmentations, pas forcément dès le mois de septembre, mais sûrement au cours de l'année 2013", détaille-t-il, et "si la hausse n'est pas répercutée par la grande distribution, il y a un risque pour nos entreprises".

C'est au cours des négociations annuelles entre fournisseurs et grande distribution, qui doivent débuter en octobre, que se décidera une éventuelle répercussion des hausses du prix des matières premières.

Source avec Afp

Sur le même sujet

Commentaires 3

xy63

es qu il craignent que les paysans crèvent de faim...Ils finrai par nous confler a nous donner des scrupule sur tout, ils ont qu a s acheter du riz chinois ca ira bien avec leur tv .Sauf que pour la bouffe on veut la qualitée sans la payer.par contre de payer l électromenagé moiti

Blum

Sur trente ans, je ne sais, pas, mais sur 10 ans, mon paquet d'un kg de pâtes à doublé, mon salaire est loin d'avoir fait la même chose!

yvagri

comparons l'evolution des prix des cereales avec l'evolution du smic sur 30 ans et nous verons qu'il y a encore de la marge !!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier