Les éleveurs dans les gares parisiennes pour promouvoir le logo "Viandes de France"

S C

Pleinchamp

Une centaine d’éleveurs se sont retrouvés ce mardi dans les gares parisiennes pour promouvoir la consommation de viande française. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll est venu à leur rencontre pour échanger sur leurs difficultés, alors que l'élevage français s'enfonce dans la crise.

Environ 150 agriculteurs venus de toute la France ont distribué des tracts dans les gares Montparnasse et de Lyon pour sensibiliser les consommateurs  sur l’importance de consommer de la viande française. Le logo « Viandes de France "a été mis en place en 2014 avec l'interprofession suite à la crise des lasagnes à la viande de cheval, pour assurer la traçabilité des viandes. Consommer de la viande française est, selon l’interprofession, une des réponses à la crise actuelle que rencontre le secteur de l’élevage.

le foll montparnasse

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane le Foll est également venu rencontrer les éleveurs pour échanger sur leurs problèmes. « Les trois quart des élèves ne vont pas pouvoir manger de la viande française à la cantine à la rentrée » lui a lancé un producteur en colère. Stéphane Le Foll a promis la publication rapide, courant septembre,  d’un décret qui va assouplir les règles d’approvisionnement des cantines françaises pour favoriser la consommation locale. Ce décret va modifier le seuil des marchés publics afin de relever le seuil de passation de 15 000 à 25 000 euros et permettre d’encourager l’approvisionnement en produits locaux pour les collectivités.

Les éleveurs l'ont questionné sur tous les sujets qui les préoccupent: l’embargo russe, les contrôles sanitaires, les charges qu'ils jugent trop importantes et la concurrence des autres pays européens.  "Aujourd'hui on ne sait pas trop comment s'en sortir. Ce ne sont pas des aides qu'on veut, mais vivre de notre production", a indiqué Thomas Guegan, éleveur bovin et porcin dans le Morbihan.

eleveurs4

Un peu plus loin, Nicolas Coz, éleveur de porcs dans le nord Finistère estime que « l’hiver va être très compliqué pour bon nombre d’éleveurs de porcs mais aussi de bovins lait si des solutions d’urgence ne sont pas rapidement mises en place ». Il affirme que 30% des éleveurs de porcs bretons sont aujourd’hui dans une situation citrique. « On a répondu à tous les enjeux : produire plus, mettre en place les normes environnementales sur les exploitations, les normes de bien-être animal... et aujourd’hui on nous dit, ‘votre viande est trop chère’» s’insurge-t-il, désabusé...

éleveurs2

Les voyageurs, pressés, ont toutefois réservé un bon accueil à ces éleveurs, tous vêtus d’un tee-shirt  « Je soutiens l’élevage français ». De son côté, le ministre Stéphane a ensuite visité un magasin Carrefour Market qui fait parti des 8.000 enseignes participant à l'opération de mise en avant du logo "viandes de France" cette semaine en France.

 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier