Les entreprises de la viande lancent un cri d'alerte

Les entreprises de la viande lancent un cri d'alerte
Les entreprises de la viande réclament un geste fort de la part du gouvernement.

Les entreprises de la viande ont tiré la sonnette d'alarme devant leur situation "très dégradée" et ont demandé au gouvernement un plan d'urgence pour "sauver" leurs activités et les emplois, dans un communiqué diffusé ce vendredi.

Les principales entreprises de découpe et de transformation, réunies au sein du Sniv-SNCP, s'insurgent contre "les distorsions de concurrence en Europe", pointant un coût du travail plus important en France qu'en Allemagne par exemple.

Elles réclament également une simplification des agréments pour obtenir les certificats d'exportation. "Le choc de simplification annoncé par le président de la République est à mettre en place de toute urgence sur la procédure des tests ESB (vache folle, ndlr), puisque la maladie est éradiquée d'Europe, ou sur les cervelles des ovins interdites en France et autorisées en Espagne", déclarent-elles. La France doit aussi réussir à imposer à Bruxelles "la transparence des origines des viandes commercialisées", estime le syndicat qui milite pour la création d'une marque "Viande de France". Les entreprises de la viande réclament un geste fort de la part du gouvernement.

" L’industrie de la viande a fait le choix de la qualité ; cette stratégie long terme doit être défendue par le Gouvernement, comme par nos partenaires de la Grande distribution. Le pari de la qualité pour la " Marque France " se gagne au quotidien dans nos ateliers, le couteau à la main. A Paris comme à Bruxelles aussi, chacun doit prendre ses responsabilités pour sauver nos produits et nos emplois. Le Plan Urgence Compétitivité doit enrayer la crise noire dans laquelle les Viandes de France sont enlisées " a déclaré Jean-Paul Bigard, Président du SNIV-SNCP.

Le secteur des abattoirs français souffre d'un manque de compétitivité, d'un outil industriel vieillissant et surtout d'une situation de surcapacité.

De nombreuses entreprises sont bien mal en point à l'instar de la société d'abattage de porcs Gad SAS, en redressement judiciaire depuis février.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier