Les eurodéputés réclament l'étiquetage de l'origine de la viande dans les plats préparés

Les eurodéputés réclament l'étiquetage de l'origine de la viande dans les plats préparés

le Parlement européen a réclamé jeudi à la Commission de rendre obligatoire un étiquetage des plats cuisinés indiquant l'origine de la viande, des oeufs et des produits laitiers, souhaitant ainsi répondre à une demande des consommateurs, trois ans après le scandale des lasagnes à la viande de cheval.

"Il est de notre devoir de donner aux consommateurs européens des informations complètes et claires sur l'origine des produits alimentaires", a plaidé le rapporteur du texte, Giovanni La Via. Cette résolution n'est cependant pas contraignante, et la Commission européenne a répété cette semaine qu'elle n'avait pas l'intention de légiférer dans ce sens. Intervenant devant les députés européens à Strasbourg (France), le commissaire européen à la Santé et à la Sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, a estimé qu'un tel étiquetage obligatoire induirait un "poids administratif" et un coût supplémentaire pour les entreprises concernées, et donc nuirait à la compétitivité du secteur. La mention de l'origine des viandes crues a été rendue obligatoire au 1er avril 2015 au sein de l'Union européenne, mais dépend du bon vouloir de l'industriel quand la viande a été préparée pour intégrer des sandwichs, des plats cuisinés ou de la charcuterie.  

Fallacieux

Pourtant, "toutes les études montrent qu'une telle traçabilité et transparence ne serait pas onéreuse", ont affirmé les élus socialistes dans un communiqué. "La Commission doit mettre un terme à ses prétextes fallacieux et ses manoeuvres dilatoires: il est temps qu'elle agisse", ont-ils admonesté. Si elle la refuse au niveau européen, la Commission a toutefois autorisé en mars dernier que soit mise en oeuvre en France la traçabilité des produits d'origine animale dans les plats préparés.    

Cette réforme, réclamée par la France qui y voyait un moyen de promouvoir son élevage en pleine crise, devrait également être reprise à son compte par l'Espagne, l'Italie, le Portugal et le Royaume-Uni. L'étiquetage des produits transformés est réclamé de longue date par les associations de consommateurs, et notamment depuis l'éclatement début 2013 du scandale des raviolis et lasagnes à la viande de cheval, frauduleusement utilisée à la place de viande de boeuf. La viande avait en outre effectué un périple intra-européen opaque à travers plusieurs pays avant d'être transformée.

Sur le même sujet

Commentaires 2

1584

blablabla blablabla rien ne se fera

neuneu

Commission de tout pouvoir, achetée bien sur.

Quelques eurodéputés encore non corrompus ne pourront rien face à la commission, celle ci vouée à lécher le cul des riquains, et leurs lobbys.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier