Loups: Travert dit vouloir tendre vers "zéro attaque" contre les élevages

Loups: Travert dit vouloir tendre vers "zéro attaque" contre les élevages

Le ministre de l'Agriculture,Stéphane Travert, a assuré vendredi vouloir tendre vers un objectif "zéro attaque" de loups contre les élevages dans le cadre d'un nouveau "plan Loup",mais sans préciser les moyens à mettre en place, lors d'une visite dans une ferme de brebis sur le plateau du Larzac (Aveyron).

"Dans quelques semaines nous allons nous mettre autour de la table pour travailler sur ce plan loup pluriannuel" 2018-2022, a déclaré le ministre, qui visitait un élevage de 750 brebis à Cornus, en présence de plus d'une centaine d'éleveurs, maires et parlementaires locaux. "Ce plan loup devra à la fois respecter l'intégralité des territoires qui sont touchés et faire en sorte que les éleveurs aient les moyens de protéger à la fois les animaux mais aussi leurs installations", a-t-il promis.  

"le zéro attaque"

"Nous devons faire en sorte que les loups qui sont présents sur les différents massifs ne reviennent pas. Lorsque le loup sent le danger, il ne revient pas. Aujourd'hui, il sent qu'il n'y a pas de danger particulier, donc l'animal revient auprès des troupeaux, et donc nous devons trouver des moyens mais nous les trouverons ensemble", a-t-il assuré. Le ministre a répété viser "le zéro attaque". "Zéro attaque, c'est pas zéro loup", a-t-il ajouté. Cela signifie-t-il, par exemple, autoriser davantage d'abattages ? "Ce n'est pas une question de chiffres, c'est les moyens que nous allons mettre en place, c'est d'abord constituer un plan loup pluriannuel, pour avoir de la visibilité dans la durée", a-t-il répondu.  

Agropastoralisme

Devant la vaste grange du GAEC du Figayrol, des éleveurs avaient placé le cadavre d'une brebis égorgée par un loup. Selon la chambre d'agriculture et les syndicats, 138 animaux ont été tués depuis le début de l'année dans le département. Plusieurs éleveurs ont témoigné de leur quotidien depuis des attaques de loups, qui surviennent selon la chambre d'agriculture depuis 2013 dans le Larzac, terre de fabrication du Roquefort. "Je suis venu vous écouter et j'ai parfaitement entendu ce que vous me dites", a affirmé le ministre, régulièrement interrompu lors de son intervention par des sifflements et des interpellations d'éleveurs demandant des précisions ou jugeant notamment que "le loup n'est pas compatible avec l'agropastoralisme". "J'ai entendu un message du ministre qui dit +je veux tendre vers zéro attaque+, "mais de quelles façons, "j'ai pas eu de réponse claire", a réagi auprès de l'AFP l'eurodéputé EELV José Bové, qui a aussi estimé que cette visite avait permis une "prise de conscience" du ministre sur "ce que vivent les éleveurs".

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

magma

C'est toujours pareil des paroles politiciennes (on a la solution) mais quand la précision est demandée de suite le sujet est moins clair.

Bazilou

Compliqué de trouve une solution alors qu'on a promis de ne rien faire.....surtout avec tous les "anti-tout" qui rôdent dans cette belle région.
Compliqué aussi de dire qu'il faut tuer des loups avec Nicolas Hulot au Min de l'Ecologie.

EUH

STEPH va lui meme , avec sa femme et ses gosses faire peur aux loups! attention au emploie familiaux fictifs !!!! lol...

PàgraT

Je suis curieux de voir les solutions proposées par notre administration écolo ! l'hypnose ? Colliers pour loups avec décharge électrique lorsqu'ils s'approchent des troupeaux ? Effaroucheurs sonores avec l'histoire du petit chaperon rouge ? Service civique pastoral de tous les fonctionnaires rattachés aux ministères de l'environnement et de l'agriculture ? Pardon à tous les éleveurs touchés par ce fléau pour mon humour aigre-doux .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier