Manuel Valls évoque d'"éventuelles mesures complémentaires" au Plan de soutien à l'élevage

Manuel Valls évoque d'"éventuelles mesures complémentaires" au Plan de soutien à l'élevage

Manuel Valls a indiqué vendredi qu'il recevrait "prochainement" Xavier Beulin, le président de la FNSEA, pour "faire le point" sur les engagements pris l'été dernier par l'État en faveur des éleveurs et "examiner d'éventuelles mesures complémentaires".

"Nous savons la détresse des éleveurs et je (vous) recevrai prochainement, à la suite du président de la République, pour faire le point sur les engagements pris le 3 septembre et examiner d'éventuelles mesures complémentaires", a dit le Premier ministre à Bassens (Gironde), où il inaugurait une usine Lesieur du groupe Avril, dont le président est Xavier Beulin. Manuel Valls s'adressait au président de la FNSEA, présent dans la salle. "L'État sera (...) aux côtés des éleveurs qui traversent une crise face à laquelle le gouvernement (...) est extrêmement mobilisé", a insisté le Premier ministre.Le gouvernement a annoncé l'été dernier un plan d'urgence de 700 millions d'euros pour l'élevage. Bernard Lannes, le président de la Coordination rurale, le deuxième syndicat agricole, avait estimé qu'une "enveloppe supplémentaire" était nécessaire, étant donné le nombre de demandes d'aides. "Personne ne reviendra sur ces nouvelles régions" issues de la réforme territoriale, a par ailleurs souligné Manuel Valls. Rappelant que François Hollande doit présenter lundi de "nouvelles pistes pour lutter encore plus fortement contre le chômage", Manuel Valls a noté qu'"il faudra sans doute mobiliser les régions, peut-être leur donner de nouvelles compétences dans ce domaine, qu'elles soient pleinement chefs de file..." Il a également adressé une ferme mise en garde en direction des collectivités territoriales. "Il y a ceux qui proposent des économies et il y a ceux qui se plaignent parce que les dotations baissent. Mais les dotations, je vous le dis, elles n'augmenteront plus pour les collectivités territoriales. Non. Parce que nous avons besoin de réduire nos déficits publics et la dépense publique." "Il faut, a-t-il relevé, que chacun, l'État comme les collectivités territoriales, dépense mieux."

Sur le même sujet

Commentaires 14

laitbio35

C'est bien beau de demandé au gouvernement d'intervenir alors que c'est un problème de relation et de production entre exploitants et industriels...
Lorsque 30% des exploitations produisent les 15% de quota B aux alentours des 220€/1000L!!!! Comment voulez-vous que le prix du quota A augmente!! C'est dire aux industriels que certaines exploitations sont prétes à produire pour moins chère!!! Le problème est au sein même des OP qui ne cherchent pas à réguler leur propre production laitière. Et que dire de la solidarité paysanne quand vos voisins lorgnent sur votre ferme en attendant que vous chutiez, pour grossir.... Tous d'accord pour casser ou manifester, mais personne pour aider son voisin en difficultés.....
Et quand en 2014, le prix était payé 350€/1000L de moyenne sur la campagne, tout le monde se voyait beau et riche, bonjour les investissements à tour de bras et un an après, le résultat tout le monde dans la Mxxxx. Merci syndicats et OP pour la vision avant gardiste...

dardar

les politiques sont deconnectes de la realite mourir en silence dans nos campagnes n atriste personne le pire est malheuresement a venir

pascal

quand est ce que le gouvernement va décider de prendre le problème à la base, de reunir tous les partenaires de la profession agricole et de mettre tous les moyens neccessaires pour sauver l'agriculture? Je pense qu'aujourd'hui ce n'est pas des plans de soutiens successifs qui vont sauver les filieres en difficultés, mais il faut parler de sauvegarder l'agriculture francaise.Mare des politiques en campagne qui promettent la lune comme hollande à Cournon il y a 3 ans et qui ensuite mangent leurs propos. IL faut aujourd'hui des politiques qui agissent et que l'on sorte de cette situation morbide post attentat .

car

Toujours les éleveurs et les autres productions en zone intermédiaire on en parle jamais les jeunes agris qui souffre avec court
terme bancaire qui ne pourront peut être jamais rebrousser ,un Xavier beulin qui ne connait même pas l'agriculture de sont département et une chambre d'agriculture inactive même pas faire l'effort de gelée les loyers bref pays de M...............;

bb

dfg

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier