Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter google+ Youtube

Découvrez les Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Porcs
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit agricole, informez-vous ici

Mon espace
pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer

03/03/14
Elevage

Méthanisation : accord entre GDF Suez et les Chambres d'agriculture

Le producteur d'électricité et de gaz GDF Suez et les Chambres d'agriculture ont signé samedi un partenariat pour aider au développement d'unités de méthanisation dans les fermes.

Cet accord, signé au salon de l'agriculture par le président des Chambres, Guy Vasseur, et le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a deux objectifs : travailler main dans la main pour étudier les projets d'agriculteurs  et diffuser de l'information auprès des autres.

Ensuite, "nous aurons une démarche commune vis-à-vis des pouvoirs publics pour avancer dans la simplification des démarches", a expliqué Guy Vasseur. Selon lui, il faut au minimum quatre ans de démarches pour pouvoir installer une unité de méthanisation, ce qui est encore beaucoup trop. Par ailleurs, les deux entités tenteront de trouver un nom plus parlant et vendeur que "méthanisation". Pourquoi pas "gaz vert", suggère Guy Vasseur.

Cette démarche s'inscrit dans le plan Energie Méthanisation Autonomie Azote (EMAA) lancé l'an dernier et qui vise à la construction de 1.000 méthaniseurs en France d'ici 2020.  A fin 2013, on ne recensait que 150 unités.

L'Allemagne a déjà une longueur d’avance, avec plus de 6.000 installations. Mais la plupart utilisent en masse du maïs, une concurrence avec l'alimentaire, un système que la France ne veut pas reproduire.

La méthanisation consiste à laisser se dégrader en milieu clos la matière organique (fumiers, lisiers, végétaux...) qui produit naturellement du gaz, pouvant être injecté dans le réseau gazier ou brûlé pour produire de l'électricité. Le reste de la matière, un "digestat" riche en azote, peut être utilisé comme engrais. La plupart des méthaniseurs fournissent aujourd'hui de l'électricité ou alimentent une zone en chauffage, tandis que le raccordement au réseau gazier reste confidentiel. Mais le gaz a un avantage sur l'électricité : il se stocke, fait valoir Guy Vasseur.

Source : AFP

Imprimer
Veuillez vous connecter pour poster un commentaire.

Commentaires5

  • Posté le mardi 04 mars 2014

    fairytales
    merci une fois de plus d'apporter un peu de perspectives et de profondeur, a des gens dont la connaissance de l'allemagne se limite au 13h de jean pierre pernaut
  • Posté le mardi 04 mars 2014

    oula
    encore quelqu'un qui ne connait rien de l'allemagne
  • Posté le mardi 04 mars 2014

    ehoui
    c'est sur que le modele biogaz allemand est exemplaire.il ne faut vraiment pas sortir de son bled pour dire autant de chose en en connaissant si peu sur les pays autres que la france...les jeunes francais ont besoin d'une chose d'aller voir ailleurs
  • Posté le mardi 04 mars 2014

    geo
    @gigi45: Le système allemand peut être analysé sous plusieurs angles d'entrée et certains remettront très certainement en cause vos propos consistant à dire que l'Allemagne est devant.Par exemple, d'un point de vue social, pas certain que la France ait grand chose à envier à l'Allemagne (SMIC, retraites, protection du salarié...). En matière agricole, la France a toujours cherché à laisser à son agriculture une vocation nourricière et non pas une vocation spéculative pour les industriels (la finalité d'un méthaniseur est bien de faire le jeu d'un industriel avec de la nourriture et non pas avec des déchets si on veut qu'il soit à peu près rentable sans subventions). Même si on pourra citer des conséquences négatives à cette politique, la première des conséquences positives est très certainement le prix du foncier qui reste relativement contenu.
  • Posté le mardi 04 mars 2014

    gigi45
    La France ne veut jamais reproduire le système allemand! résultat qui est devant ?

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h