Objectif : passer de 90 à 1.000 unités de méthanisation

Objectif : passer de 90 à 1.000 unités de méthanisation

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé samedi au Mans que dans le cadre du plan "Énergie Méthanisation Autonomie Azote", 1.000 unités de méthanisation devront voir le jour en France, contre 90 actuellement.

 C’est fin mars, avec le Premier ministre, que Stéphane le Foll annoncera, en Bretagne, la mise en place d’un plan sur la question de la méthanisation.  "Ce n'est pas acceptable que l'on n'ait que 90 méthanisateurs en France aujourd'hui, mon objectif c'est 1.000", a expliqué M. Le Foll lors d'un déplacement dans une entreprise de travaux agricoles sur ses terres sarthoises, à Louplande.

Les ministères de l'Agriculture et de l’Écologie doivent présenter fin mars un plan "Énergie Méthanisation Autonomie Azote".  Ce plan prévoit aussi une « partie photovoltaïque pour l'élevage allaitant", précise le ministre.

Ce plan doit notamment permettre le développement de la méthanisation dans les exploitations agricoles, une solution utilisée en Allemagne où les élevages ont atteint dans le nord du pays une taille industrielle, faisant parfois de l'élevage un sous-produit énergétique.

Les textes permettant aux producteurs de biogaz de valoriser la méthanisation sous forme d’électricité et par injection de biométhane dans les réseaux de gaz naturelont été publiés au journal officiel du 28 février. De nouvelles dispositions qui s’appliqueront uniquement aux futures installations.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

joyeuxnoel

donc tout ca n'est qu'une question de comparaison avec les cerealiers.....le "travail" de footballeur est pourtant bien moins contraignant et pourtant le revenu

noel

le travail de l elevage est qd memme beaucoup plus contregnant que la cereale il serais bien normal que les renumerations suivent

eleveur 61

Mr le ministre confirme que le producteur de lait ou de viande si il veut exister demain devra considerer leurs productions de lait ou viande comme secondaire car ils ne pourront pas tirer de revenu de ces productions d'elevage.

youyou

rien n'empechait les eleveurs de le faire jusqu'a maintenant vu les enormes subventions ( d'ailleurs ne faudrait t'il pas accorder des prets a taux 0 plutot que des subvention vu les temps de retour sur investissement - de6 ans, et les enormes perspectives ) ni de mettre du photovoltaique vu les belles subventions sur les batiments ( y a plus qu'a mettre du PV) , quand on fait le compte de toutes les subventions c'est pire que les cerealiers

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier