Tendances Janvier 2017 - conjoncture des marchés lait et viande

INSTITUT DE L'ELEVAGE IDELE

Tous les mois, la conjoncture des marchés lait et viande pour les espèces bovine, ovine et caprine au plan français, européen et mondial. Tendances analyse chaque mois les variations de prix aux différents stades, de la production à la distribution; examine les évolutions de production, de commerce extérieur, intra-communautaire et international, ainsi que de consommation.

Nouveauté en janvier : La conjoncture en vidéo !

En janvier, Germain Milet (Service économie des filières - GEB) propose une analyse des performances inattendues et bienvenues des jeunes broutards français à l'export fin 2016 et début 2017.

Tendances vise à éclairer les décideurs économiques et professionnels, les opérateurs, les médiateurs sur les évolutions probables à court terme.

Sur abonnement, vous pouvez consulter et télécharger chaque mois des diaporamas sectoriels.

Attention: Tendances n'est accessible qu'aux abonnés, il faut donc vous connecter à votre compte pour y accéder.

Au sommaire du numéro de janvier:

Viande bovine

Jeunes bovins

  • France, remontée des cotations à des niveaux bas

La hausse saisonnière des cours se poursuit pour toutes les catégories. La production de JB allaitants progresse en novembre alors que celle de JB laitiers est toujours entravée par l’abondance de vaches de réforme.

  • Europe, hausse saisonnière amorcée

Les cotations des JB remontent dans tous les Etats membres. La demande allemande semble dynamique en fin d’année alors que le marché italien laisse toujours plus de place à la viande polonaise toujours abondante.

Femelles

  • France, les prix restent sous pression

Encore abondantes, les réformes laitières et allaitantes font toujours pression sur les prix.

  • Europe, des prix sous la pression de l’offre et des taux de change

Si la chute des cours semble avoir été stoppée début novembre, les prix restent sous la pression d’une offre européenne encore abondante. La dépréciation de la livre sterling et du zloty face à l’euro accroît en outre la compétitivité des viandes britanniques et polonaises sur le marché européen et exacerbe la pression sur les prix.

Maigres

  • maintien des cours à de bas niveaux

La baisse des prix enregistrée en septembre a permis de stimuler la demande et de stabiliser les prix dans le bassin allaitant. Les animaux de l’Ouest ont vu leur prix reculer fin novembre sous la pression d’une demande limitée et d’une offre artificiellement étoffée suite à l’extension de la zone réglementée.

Veau de boucherie

  • Marché mieux orienté aux Pays-Bas

Le cours du veau de boucherie connaît une hausse saisonnière timide qui déçoit les opérateurs alors que les disponibilités sont limitées et que les prix progressent fortement aux Pays-Bas. Les abattages d’octobre n’ont que partiellement compensé le ralentissement de septembre.

Veau nourrisson

  • un pic saisonnier écrêté

La cotation française du veau nourrisson est au plancher pendant le pic des naissances. La saisonnalité des naissances continue de s’atténuer.

Lire les articles viande bovine

Lait de vache

  • Marché européen des produits laitiers dans l’expectative

Le recul des fabrications, alors que la demande est dynamique sur le marché domestique et plus encore à l’exportation, a permis un redressement sensible des cours des matières grasses qui semble se tasser cet hiver. Parallèlement, une demande toujours convalescente et les stocks abondants empêchent une franche remontée des cours des protéines laitières. L’UE a tiré son épingle du jeu sur le marché international des matières grasses mais la France, en manque de disponibilités, voit sa balance commerciale laitière se dégrader fortement avec les pays de l’UE.

  • Collecte européenne toujours ralentie malgré le rebond du prix du lait

Le prix du lait à la production se redresse rapidement en Europe du Nord, plus lentement ailleurs dans l’UE. Au 1er semestre 2017, il devrait réanimer la production laitière qui était très ralentie fin 2016.

Lire les articles lait de vache

 

Viande ovine

  • France, la consommation de viande ovine reste orientée à la baisse

    La hausse de la production française de janvier à novembre n’a pas suffi à compenser la chute des importations de viande ovine.

  •  UE et Monde, hausse de la pression britannique sur le marché de l’agneau
    Boostées par des prix très compétitifs, les exportations britanniques de viande ovine progressent à destination du marché européen.

Lire les articles Viande ovine

Lait de chèvre

  • Lait de chèvre, hausse de la collecte automnale

    Après un ralentissement entre juin et septembre, la collecte de lait de chèvre est repartie en octobre, avec le démarrage des lactations d’automne. Dans un contexte de croissance modérée des fabrications, la bonne gestion des importations a cependant permis de maîtriser les stocks.

  • Viande de chevreau, un marché sous tension

    Pénalisé par des stocks de viande congelée, un nouveau décalage entre abattages et consommation et la dévalorisation des cuirs, le marché du chevreau est resté sous tension toute l’année.

Lire les articles Lait de chèvre

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier