Vaches allaitantes : Les derniers arbitrages de la PAC enfin connus !

S C

Vaches allaitantes : Les derniers arbitrages de la PAC enfin connus !

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, vient d’annoncer les derniers arbitrages de l'application française de la Politique agricole commune (PAC), avec notamment le détail de l’aide aux vaches allaitantes.

Le ministre a notamment tranché sur la très attendue prime à la vache allaitante dédiée aux éleveurs bovins. Et "le choix a été fait de favoriser la consolidation des troupeaux de taille moyenne (de 70 à 80 vaches)", explique-t-il.  Pour en bénéficier l'éleveur doit avoir au moins 10 vaches.

 Avec une enveloppe de 670 M€, le schéma suivant est retenu :

-   187 euros  par vache de la 1ère à la 50ème vache ;

-   140 € par vache de la 51ème à la 99ème vache ;

-   75 € par vache environ de la 100ème vache à la 139ème vache ;

L’aide s’appuiera sur une référence d’animaux éligibles par exploitation, sur la base des animaux effectivement présents en 2013, sans interdire les nouveaux entrants dont l’accès à l’aide sera permis par la création d’une réserve.

Les races mixtes seront éligibles, en s'assurant qu'une vache qui produit du lait n'est pas aidée via la prime à la vache allaitante. Un taux de productivité minimum de 0.8 veau par vache sur une période de 15 mois sera nécessaire pour toucher la totalité de l'aide. Pour les animaux transhumants, le taux de productivité minimum à atteindre sera ramené à 0.6 veau par vache sur une période de 15 mois.

Pour les nouveaux producteurs, les génisses seront prises en compte au titre des animaux éligibles, à hauteur de 20% maximum des vaches présentes, et ce pendant les 3 premières années suivant le début de l’activité. Au cours de la période de détention, il sera possible de substituer une vache par une génisse dans la limite de 20% des femelles primables.

 

Aides pour la production de protéines

Les agriculteurs seront incités à cultiver des légumineuses fourragères, du soja, des protéagineux ou de la luzerne pour réduire la dépendance de la France à l'égard des protéines animales importées notamment du continent américain

Au total, 151 millions d'euros de primes seront distribuées chaque année à l'hectare aux exploitations qui se mettront sur ce type de culture, détaille le ministère dans un communiqué.

-    98 M€ : aide entre 100 et 150€ par ha destinée aux éleveurs comptant plus de 5 UGB (herbivores et monogastriques) qui implantent des surfaces en légumineuses fourragères, pures ou en mélange à au moins 50%.

-    6 M€ : soja

-    35 M€ : protéagineux

-     8 M€ : luzerne déshydratée

-     4 M€ : semences fourragères

Pour en savoir plus, ouvrir la pièce jointe ci-dessous

Source Ministère

Sur le même sujet

Commentaires 5

AIGLE201

Les chantres de la productivité ont encore gagné et on va laisser les petites structures s'arrêter dans le silence. C'est pourtant celle-ci qui entretiennent le territoire avec le pâturage, après eux; rien ,car le productivistes ne s'occupent pas des petites surfaces, des petites terres, des surfaces non labourable dans beaucoup de région. La diminution de la surface agricole ne viendra plus de l'urbanisation mais simplement de son délaissement par la profession.La productivité devrait amener à ce passer des aides, on va voir avec les bovins viande ce qu'on a vu avec le poulet industriel il y a peu de temps.Mais on n'y peu rien, il parait sauf chacun dans son coin à faire des économies pour équilibrer son budget.Les vendeurs, les conseillers de toutes sortes vont devoir se reconvertir comme la plupart d'entre nous, car après nous ça va être le tour de tout notre environnement dans 5-6 ans.Merci à nos politiques, nos syndicalistes multi casquettes; essayer donc d'en prendre une seule pour une fois.

xavier b

Allons, puisqu"on vous dis que vous êtes les grand bénéficiaires de la réforme. Jamais content ... Vous vouliez quoi : une adapation progressive sur 5 ans? Une part de référence historique? Un peu d'ambition que diable! Soyez les entrepreneurs du futur, ne restez pas figé sur vos acquis! Vos amis céréalier vous montrent le chemin ... qu'ils n'oseraient jamais prendre. Vive la FNB, vive la France, vive les DPU.

bisounours

La FNB dit au gouvernement ou il faut tailler:et lui le fait ,en minimisant,car il est de gauche..
-Un syndicat qui propose de ne plus aider les plus petits de ces cotisants (- de 30 vaches)!
-Un syndicat qui propose de supprimer les aides en dessous de 0.8 veau/vaches/15 mois..

Une année pluvieuse,comme l'an dernier,des fourrages de mauvaises qualité;
Une année sèche, manque de fourrage;
Des races,des sols,des parcellaires,
qui sont loin d’être équivalents;
Plus les problèmes sanitaires qui peuvent arriver..
Nous allons tous y passer un moment ou l'autre.

-Bref ,l'éleveur qui a un genou par terre,(à la place de lui tendre la main pour l'aider à se relever), son syndicat décide de lui supprimer des PMTVA !(Pour l'achever,peut être?)
Les céréaliers n'ont jamais proposés que les exploitations de moins de 30HA,ou moins de 80 qx, on leurs supprimaient les d'aides..
Il faut être ,(en 3 lettres),comme un éleveur pour accepter une chose pareille!
-Les céréaliers,( et d'autres),lissent bien les bonnes années sur 3 ans,pour éviter des fluctuations sur l’impôt.
-Ne pouvions nous pas faire la même chose en élevage: lisser 1 mauvaise année sur 3 ans, et ainsi éviter la double peine ?
RESTRUCTURATION à marche forcée..
Avec des amis syndicalistes comme cela,nous n'avons pas besoin d’ennemis !

Mémel

Pour moi, cette réforme = 30 % DE BAISSE DE REVENU (- 4 700€ de revenu en moins) : j'ai un élevage de 55 vaches allaitantes et 88 pmtva (38% de génisses primées). En 2014, après modulation, j'ai touché 14 748€. Avec la nouvelle réforme, je vais toucher 10 050€ (compte tenu d'un manque de surface, je ne pourrai pas augmenter mon nombre de vaches pour compenser les génisses qui ne seront plus primées).

Bref, je ne vais pas pleurer sur mon sort, il y en a qui sont plus malheureux que moi...mais j'ai quand même envie de crier ma colère quand j'entends que cette réforme à pour but de conforter les élevage de taille moyenne. LE SEUL BUT DE CETTE REFORME EST NOUS OBLIGER A PRODUIRE PLUS mais je pense plutôt que cette réforme va conduire à une diminution de production pour cause de faillite...

Bon courage aux éleveurs allaitants qui pourront le rester.





te réforme supprime la possibilité de primer 40 % de génisses et le seul but recherché est de forcer les producteurs allaitants à augmenter leur nombre de vache pour produire. On verra le résultat...mais je ne suis pas sûr

cscn

les 200 euros promis ont légèrement fondus!!! qu'en est il de la transparence GAEC, les seuils de vaches sont ils multipliés par le nombre d'associés??

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires