[Vidéo] 1er bilan du Plan de soutien à l’élevage français

[Vidéo] 1er bilan du Plan de soutien à l’élevage français

Ce mercredi, Stéphane Le Foll a fait un point sur la mise en œuvre du plan de soutien à l’élevage français. Annoncées le 22 juillet, les mesures sont maintenant opérationnelles.

 

11.400 dossiers d'agriculteurs en difficulté ont été bouclés par les cellules départementales d'urgence, alors que l'objectif fixé pour la fin de l'année était de 10.000 dossiers, a expliqué le ministre. Au total, 43.000 dossiers ont été déposés, mais seulement 35.500 ont été déclarés éligibles. Le nombre de dossiers éligibles, et donc d'élevages en grande difficulté, est "supérieur au chiffre que j'avais évoqué au printemps, de 25.000 exploitations, soit 10% des éleveurs", a souligné M. Le Foll. Les agriculteurs demandaient à bénéficier du plan de 700 millions d'euros annoncé par le gouvernement en juillet et complété en septembre, à la suite de multiples manifestations d'éleveurs violemment frappés par la chute des prix de la viande bovine, porcine et du lait.

Satisfait

180 millions d'euros ont pour l'instant été débloqués au titre de plusieurs mesures d'allègements de charges et de reports de cotisations, a décompté M. Le Foll, se disant "satisfait" de la mise en œuvre du plan. Priorité a été donnée aux "filières les plus problématiques, en particulier la filière porcine", a-t-il souligné. Les allègements de charge et reports de cotisations représentent en moyenne 3.000 à 4.000 euros par éleveur, mais peuvent grimper jusqu'à 8.000 pour les situations les plus graves, en particulier pour les éleveurs porcins. 3.700 exploitations ont demandé à bénéficier d'une "année blanche partielle", 400 ont demandé une année blanche totale, sur le remboursement de leurs emprunts, l'une des principales revendications de la FNSEA, pendant les manifestations estivales.

La prise en charge de ces intérêts devrait coûter environ 30 millions d'euros à l'Etat, selon le ministère.

Sur le même sujet

Commentaires 19

ouf

@aigle je ne parle pas des cerealiers mais bien des beaucerons , je connais nombre de cerealier qui ne tiendront pas beaucoup de temps les regions intermediaires vont etre devatsées

fleur

Plus que nul du bla bla

AIGLE201

arrêtez dont d'engraisser vos animaux avec une tonne de concentrés comme des poulets hors sol; vous ferez des économies, le revenu ce maintiendra et le rééquilibrage éleveur-céréalier ce fera tout seul. Par contre eux il auront un sacré excédent à exporter au cours mondial !.


Ouf

Heureusement Bercy a trouver des fonds tres vite pour la défiscalisation des beaucerons

BANANE381

à Pascal, en Bourgogne des vaches charolaises à 3.70€/kg de carcasse, des génisses pleines de 30 mois à 1.200€ !!!! qui dit mieux !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier