[Video] La grande distribution montre du doigt les intermédiaires

[Video] La grande distribution montre du doigt les intermédiaires
D'après Jacques Creyssel, 99% de la viande vendue en grande distribution est déjà d'origine française (DR)

Accusée par les agriculteurs et les politiques de ne pas donner une juste rémunération aux éleveurs, la grande distribution monte au créneau et montre du doigt les intermédiaires, abatteurs et industriels.

La grande distribution a répliqué lundi en assurant qu'elle respectait ses engagements et en  désignant  ouvertement les industriels. "Nous avons accepté d'augmenter les prix d'achat de manière importante (...) Visiblement cet argent ne va pas dans la poche des éleveurs", a jugé sur BFMTV Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (qui regroupe les principales enseignes sauf Leclerc et Intermarché).

« Nous perdons de l’argent aujourd’hui sur la viande (...). Quand l’on a des slogans du type ‘partager les marges’,  je ne sais pas comment partager une marge négative », a-t-il répliqué. Jacques Creyssel affirme par ailleurs que 99% des viandes vendues en  grande distribution sont déjà d’origine française.

 

Un rapport du médiateur très attendu

"Aux termes de la loi, la GMS (les grandes et moyennes surfaces) peut vérifier si les industriels respectent l'accord de hausse" et, de même, "si un industriel dit avoir du mal à répercuter la hausse aux distributeurs, le médiateur peut intervenir", explique de son côté  le président de la Fédération nationale bovine, Jean Pierre Fleury qui attend le rapport du médiateur mercredi. "On va découvrir le pot aux roses", clame-t-il.   Ce médiateur est chargé de  comprendre qui des industriels ou des distributeurs freinent les hausses de prix convenues.

L'économiste et président de l'observatoire des prix, Philippe Chalmin, juge pour sa part  "facile" dans un entretien lundi au Figaro de désigner la grande distribution, "bouc émissaire idéal", mais ce n'est pas si simple.

"Le prix payé aux agriculteurs dépend moins du rapport de force avec la distribution que de la situation agricole au niveau européen, voire mondial. Le prix du lait dépend des ventes du néo-zélandais Fonterra, celui des céréales des aléas climatiques, celui de la viande de porc est affecté par l'embargo russe...", assure-t-il.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 8

fairytales

C vrai qu entendre le représentant des gms dire qu ils a perte rassurons nous des activités qui permettent d être multimillionaire en une génération a leur proprio ne vendent pas à perte . D ailleurs pourquoi la distribution de nourriture est privée pourquoi payer des bâtiments fort cher ( rentabiliser en 3 ans) des pubs partout pour être meilleur que le voisin y a pas de genie la dedans c de la dépense inutile et c est ce qui coûte le plus cher

marin 347

la grande distribution qui se plaint ses comme les fonctionnaire ses pas moi ses l autre ses sur qu avec le plus pourri d entre eux m e leclerc ses ils peuvent bien se plaindre peu que l état devrais les aider les pauvres

avecdessionrefaraitlemonde

bizarre bizarre....on ne voit pas de GMS faire faillite.99% de viande française ohhhh c'est plutot 99%de viande abbatu en France alors l'origine......enfin en attendant c'est l'élevage qui crève.

COMPTE388

Chalmin a raison dans le lait une greve des livraison pendant 8 jours serais le meilleur investissement pour retrouver un prix rémunérateur rapidement et que ce mettre en place une politique de regulation tout ceci au niveau europeen la politique agricole ne peu être faite que pour quelque grande exploitation du nord de l europe enfin tous qui manifeste aujourd'hui a l appel de la fnsea ja ce trompe
Sans Véritable changements de politiques au niveau européen l on ne changeras rien la premiere des choses c est queles agriculteurs européen abandonne le copa cogeca en accord avec cette politique ultra liberale mais qui manifeste son mécontentement de temps en temps pour garder ses adhérents

szut

les présidents des coops sont assez souvent de la fédé,
ces memes coops sont transformatrice des produits agricole
qu est ce que privilégie la fédé les transformateurs ou les producteurs,on ne peut pas etre juge et parti!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier