[Vidéo] Plan d'urgence : 600 millions d'euros pour les éleveurs

[Vidéo] Plan d'urgence :  600 millions d'euros pour les éleveurs

Le gouvernement a débloqué plus de 600 millions d'euros pour son plan d'urgence en faveur des éleveurs français en difficulté, afin de les aider à se désendetter, alors que la tension persiste et que des barrages paralysaient toujours mercredi de nombreux axes routiers.

 

Avec ce plan, l'ambition du gouvernement "c'est de gérer la situation d'urgence mais surtout de prendre des solutions durables. Le monde paysan n'a pas besoin de pansements d'urgences, il a besoin d'un avenir", a-t-il ajouté.

Le premier volet du plan comprend des mesures d'urgence. L'Etat va débloquer plus de 600 millions d'euros pour soulager les problèmes de trésorerie des éleveurs étranglés par des prix trop bas. Cela prendra la forme de 100 millions d'annulations de charges et de cotisations et de 500 millions de reports.

Autre mesure phare: la restructuration de l'ensemble des dettes des éleveurs à moyen et long terme, car "la dette pèse énormément sur l'élevage"  français, a assuré le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Dans ce but, l'Etat va négocier avec les banques une restructuration de l’ensemble des dettes à moyen et long terme des éleveurs en difficulté, en particulier les jeunes et récents investisseurs, avec le soutien d’un médiateur du crédit. Le fonds d’allègement des charges (FAC) sera porté  de 8 à 50 millions d'euros.  

De son côté, la Banque publique d'investissement (BPI) pourra garantir jusqu'à 500 millions d'euros de crédit bancaire de trésorerie aux entreprises du secteur de l'élevage pour faire face à l’ensemble de leurs besoins de trésorerie, notamment des créances vis-à-vis des fournisseurs.

 

Poursuite de la mobilisation des abatteurs, transformateurs, industriels laitiers et acheteurs

Le gouvernement  a aussi dévoilé des mesures structurelles, comme la promotion de la viande française à l'export, le renforcement des contrôles sur l'étiquetage, l'approvisionnement local des cantines et la diversification des revenus des éleveurs.

 Le gouvernement  infirme  également la poursuite de la mobilisation des abatteurs, transformateurs, industriels laitiers et acheteurs de la grande distribution pour respecter la hausse de prix auxquelles ils se sont engagés.

Le plan comprend "beaucoup de dispositifs déjà actés", a réagi Xavier Beulin, président de la FNSEA, premier syndicat agricole du pays, tout en saluant les efforts du gouvernement. "La première des urgences c'est le prix et encore le prix", a souligné M. Beulin.

Les éleveurs normands doivent décider dans les toutes prochaines heures de lever ou non les barrages autour de Caen. Ils attendent maintenant des détails sur le rapport du médiateur des prix agricoles, remis mardi au ministre. Il est censé déterminer qui, de l'industrie ou de la grande distribution, souvent visée, freine la hausse des prix de la viande payés aux éleveurs.

"Je me refuse à désigner devant la presse ceux qui ont joué le jeu ou pas pour avoir des boucs émissaires", a répété mercredi Stéphane Le Foll.

Lire aussi :

Les 24 mesures du gouvernement pour soutenir l’élevage français

Sur le même sujet

Commentaires 3

1584

600 millions de report de charges , ça c'est vraiment une mesure financée par les éleveurs. voila toute l'estime et la compétence de ce gouvernement . industriels et distributeurs sont les requins de l'agriculture ; et tout le monde sait bien que les requins ne se mangent pas entre eux. on va finir par nous dire que se sont les éleveurs qui ne jouent pas le jeu.

limagne bourbonnaise

Avec 600 millions d euros
Les eleveurs auront les moyens de redonner les aides pac prisent aux cerealiers
De payer plus cher les cereales dans l' aliments de leurs betes
De donner une valeur juste au prix de la paille par rapport au cout de l' engrais...
La liste est longue.....
Merci

LAIT53

nous sommes 2 sur un système de 400000 litres...
chaque jour nous travaillons ,et chaque jour nous augmentons nos dettes fournisseurs...
nous atteignons la limite du supportable...
Monsieur le Ministre et son gouvernement viennent de sonner le glas...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier