2ème journée CREAVENIR-UALC dans le Puy de Dôme

GENESIA Coopérative d'Insémination Animale

Dernièrement, les éleveurs Prim’holstein adhérents au Noyau Créavenir de la zone UALC se sont réunis à Tauves dans le Puy-de-Dôme. Après l’accueil par Guy Calmejane, Président de la commission Prim’Holstein UALC (GENESIA - Eleveurs du Pays Vert – CIAEL 87), Thomas de Bretagne, Responsable du programme de sélection CREAVIA a présenté un bilan du dispositif Créavenir. L’après-midi, les éleveurs ont pu découvrir le GAEC BOYER à Avèze.

Après le repas partagé, les éleveurs créateurs se sont rendus  sur l’exploitation du GAEC BOYER afin de découvrir  une dizaine d’animaux du schéma, vaches et génisses.

CREAVENIR – UN PROGRAMME EN VITESSE DE CROISIERE

Basé sur la mutualisation, le contrat Créavenir réunit 1638 élevages dont 147 sur la zone UALC (GENESIA - Eleveurs du Pays Vert - CIAEL 87), ce qui représente le génotypage de 6 168  animaux dont 250 sur notre zone.

Ainsi, l’arrivée de la génomique a apporté une connaissance fiable du potentiel sur la voie femelle. Cette évolution permet aujourd’hui d’investir sereinement pour intensifier la sélection sur cette voie. En 2011,  ce sont plus de 264 embryons qui ont été produits sur notre zone.

En 2011, 11 mâles ont été recrutés sur la zone UALC pour intégrer la sélection CREAVENIR.

Les jeunes taureaux sont largement utilisés, ils représentent 60 à 70 % des pères à taureaux. Un recours large mais raisonné avec une utilisation homogène pour gérer le risque de façon optimale tout en assurant un progrès génétique et une variabilité indispensables sur le long terme. Les utilisations de ces jeunes taureaux a permis de réduire nettement l’intervalle de génération qui est désormais de 2 ans, ce qui permet aujourd’hui d’avoir déjà en taurellerie des fils de Etui, Edelweiss…

Olivia Beaudonnat, technicienne Prim’Holstein, a également profité de cette journée pour présenter aux éleveurs le nouvel « Espace adhérent » sur le site internet CREAVIA. Cet outil permet à chacun des membres du noyau de sélection de suivre en temps réel l’activité en matière de sélection, information rapide et mise à jour à chaque indexation (contrats signés, liste des Pères à taureaux, bilan d’activités, index génomique des  femelles, Selectis noyau..).

Enfin, la matinée s’est clôturée par la présentation des lots d’embryons à la vente par Antoine Gence.

En final, 4 lots de 3 embryons ont été achetés par des éleveurs de la zone pour une moyenne de 1090€ TTC.

2ème journée CREAVENIR-UALC dans le Puy de Dôme

UNE EXPLOITATION ACTIVE AU SEIN DU SCHEMA DE SELECTION CREAVIA

Le Gaec BOYER à Avèze (63) : Avec 98 vaches laitières et 72 génisses, l’élevage dispose d’un troupeau avec un bon niveau de production : 8964 kg de lait à 38,0 de TB et 31,0 de TP. Un autre point fort de cet élevage : la morphologie.  Avec une note moyenne de 83,2 points sur 99 vaches et 62% des vaches pointées TB ou EX mamelle, le GAEC Boyer fait partie des références de la zone UALC. Ces résultats sont le fruit du travail de plusieurs générations (Denis et Marie-Thérèse puis Pierre) avec le début de l’IA en 1962, l’utilisation de la transplantation embryonnaire depuis 1986 et l’achat de mères à taureaux en 2000 et 2004.

L’arrivée sur la ferme de François Boyer a également donné un nouveau souffle génétique avec l’acquisition au Space en 2010 d’Exquise une femelle Pie Rouge présentée lors de cette visite. Cette femelle a été collectée plusieurs fois en station et a donné naissance à quelques mâles et 3 femelles pour l’instant.

Lors de cette présentation animée par Jean Luc Marchand de Créavia, Olivia Beaudonnat et Antoine Gence, techniciens UALC ont pu rappeler les différents contrats CREAVENIR et les différentes origines présentes sur l’élevage.

Quatre vaches Prim’Holstein ont été présentées : une fille de FBI, une de ROUKI, une de ROUMARE et une de STOL JOC. Ces animaux issus de familles travaillées depuis longtemps dans le schéma de sélection ont engendré des femelles ou des mâles aux profils génétiques intéressants :

- Frisette, (VERNARD/ROUMARE/FBI/SINATRA) : cette femelle a été qualifiée « Lignée programme » pour son pedigree et ses qualités en production et en morphologie.

Ses index génomiques ont permis de la multiplier avec une bonne connaissance de ses qualités et limites.

- Ensuite, sa demi-sœur par Parocas a permis de montrer que sur une même souche et alors que les 2 mâles utilisés sont tous les deux des taureaux laitiers, la différence qu’il peut y avoir. En effet, les index génomiques ont permis de démontrer que la  Parocas a des index de production nettement moins élevés que sa demi-sœur.

Les éleveurs présents ont également pu apprécier une petite fille de la ROUKI, une fille de MASSEY de bon niveau génomique.

Olivier Catros en charge de la création génétique en race Pie Rouge, a présenté Exquise et ses descendances. Ses 3 filles par KAIRO ont illustré l’intérêt de la multiplication d’une femelle mais aussi l’intérêt de la génomique pour le schéma. Ces trois femelles ont des index génomiques bien différents les unes des autres et cela permet de mieux les travailler.

Légende : EXQUISE, une donneuse d’exception avec ses 3 filles par KAIRO

LE GENOTYPAGE, UNE AVANCEE MAJEURE POUR LES PROGRAMMES DE SELECTION … ACCESSIBLE A TOUS LES ELEVEURS

Cet après-midi en élevage a permis, si c’était encore nécessaire, de montrer l’intérêt du génotypage. A l’échelle du troupeau, avec le génotypage des femelles, chaque éleveur adapte sa stratégie d’accouplements  à ses propres objectifs de sélection :

- en découvrant le potentiel génétique (forces et faiblesses) de chaque femelle avant même qu’elle ne l’exprime,
- en disposant d’une information parfaitement connue et plus précise que les index sur ascendance et performances propres,
- en connaissance de plus de caractères: Fertilité, Longévité, Tempérament, Vitesse de Traite, Vêlage…

Evaluer le potentiel génétique de ses femelles, affiner les accouplements pour optimiser le choix des taureaux à accoupler… Chaque éleveur peut ainsi piloter son renouvellement en triant les femelles correspondant à ses objectifs, trouver de la variabilité, optimiser la vente de ses produits en race pure pour l’élevage ou en croisée…. .

A GENESIA, les éleveurs sont généralement dans une zone herbagère et doivent pour certains d’entre eux répondre aux cahiers des charges AOC. Dans ce cadre, les objectifs doivent être de produire du lait à partir d’une ration de base herbe tout en regardant de très près les taux protéiques, les mamelles, les membres et les fonctionnels. Le génotypage est alors un outil majeur pour constituer le troupeau le plus à même à répondre à ces contraintes.

Cette journée réussie confirme de nouveau l’intérêt des éleveurs de GENESIA pour la génétique Prim’Holstein et l’importance du programme de sélection CREAVIA dans l’ère de la génomique et de la rentabilité des élevages.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires