Après le bras de fer avec Lactalis, les producteurs de lait jouent l'apaisement

Après le bras de fer avec Lactalis, les producteurs de lait jouent l'apaisement

La Fédération des producteurs de lait (FNPL) veut jouer l'apaisement après le bras de fer avec le groupe agro-alimentaire Lactalis, mais continue de demander une rencontre entre le patron de la FNSEA et le président du groupe, Emmanuel Besnier.

"Nous avons été au côté des organisations de production pour qu'elles aillent au bout des négociations avec Lactalis", car le niveau de prix atteint par le groupe industriel n'était "pas acceptable" et derrière, "tout un pan du marché intérieur était remis en cause", a indiqué mercredi à la presse le président de la FNPL Thierry Roquefeuil. "Il ne faut pas rester uniquement dans la confrontation. La filière doit aussi avancer", a-t-il dit.

M. Roquefeuil a renouvelé le voeu de rencontrer le PDG du premier groupe laitier au monde, Emmanuel Besnier, avec le président de la FNSEA Xavier Beulin, comme ce dernier l'avait demandé fin août. "Si le contexte est apaisé, ce rendez-vous doit avoir lieu", dans une optique de "syndicalisme responsable", a-t-il déclaré.

 « Retisser un lien »

M. Roquefeuil, qui avait démissionné en juillet 2015 de la présidence du Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel), en désaccord avec les deux autres collèges (coopératives et industriels) va de nouveau être candidat à la présidence du Cniel. "Nous avons travaillé avec les coopératives et le privé pour refonder une interprofession qui ait du sens. Il y a eu des moments difficiles mais il faut retisser un lien", a expliqué M. Roquefeuil.

Il a également annoncé que la grande distribution allait avoir une existence statutaire dans l'interprofession, pour faciliter les relations. Si les cours mondiaux de la poudre de lait et du beurre "se raffermissent" depuis deux mois, "c'est une bonne chose, mais il faut voir pourquoi: en Nouvelle Zélande des producteurs ont mis la clé sous la porte", assure M. Roquefeuil.

La FNPL compte donc travailler sur plusieurs axes pour assurer un avenir aux producteurs français et va proposer un outil de garantie mutuel des prêts bancaires à ses membres pour les aider à bénéficier de la baisse des taux en refinançant leur exploitation.

Après un été marqué par une mobilisation nationale sans précédent contre le géant laitier, un accord a finalement été trouvé le 30 août pour un relèvement du prix auquel Lactalis achète le litre de lait aux producteurs, à 0,29 euro en moyenne d'ici la fin de l'année au lieu de 0,25 auparavant, ce qui portera à 0,27 le prix moyen du litre de lait sur l'année 2016.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 8

eleveur

et apres ??????? on esperant que on est encore la le moral est au plus bas les comptes aussi ,ca agis encore avec grande lenteur le temps court plus vite que nous

papillon42

Et roro pour tenir un tel discours envers les syndicats tu ne doit pas etre syndiqué. Alors que fait tu toi pour que ça aille mieux ? Personne ne dit a la FNPL que du lait à 270 euros c'est suffisant mais par contre tu est d'accord avec moi c'est mieux que 250

COMPTE263

dans ma région seul les adhérents fnsea ont eu les modalité de l'aide à la réduction de la production laitière les autres doivent partir à la pèche tout seul pourtant france agrimer c'est pour tout le monde !!!!

red

Doit on se contenter de ces negos
Il y a un grand écart entre les demande du mois d'août"prix de revient 380 euros" et les accords obtenu.
Certe il y a un marché, mais est ce normale que 5% de la production mondiale détermine le prix mondial.
Aujourd'hui et après ces dernières manifs, je n'ai plus l'impression d'être bien représenté par la fnsea et fnpl.

GAZANIE431

Aucun respect pour les jeunes agriculteurs avec un prix moyen a 270 euro expliqué moi comment peut on vivre de son métier????

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires